Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits sur la musique et les musiciens

 | 
György Ligeti

Contemporains et amis

Rencontre avec Kurtág dans le Budapest de l’après-guerre

Note de l’éditeur

Écrit en août 1985 (original en anglais, traduit en allemand par l’auteur) à la demande de Friedrich Spangemacher pour la maison d’édition Boosey & Hawkes. Première publication dans : György Kurtág (Musik der Zeit. Dokumentationen und Studien, Vol. 5), éd. par Friedrich Spangemacher, Bonn, Boosey & Hawkes, 1986, p. 14 à 17. Voir aussi György Kurtág, « Meine Begegnung mit György Ligeti », dans : Ligeti und Kurtág in Salzburg. Programmbuch der Salzburger Festspiele, éd. par Ulrich Dibelius, Zurich, Palladion AG und Salzburg, Residenz Verlag, 1993, p. 70-71. Traduction française par Carlo Russi dans : Contrechamps 12/13, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1990, p. 10-13 ; repris dans György Kurtág, Entretiens, textes, écrits sur son œuvre, Genève, Contrechamps, 1995, p. 39-42.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

J’ai rencontré György Kurtág pour la première fois en septembre 1945, lorsque nous avons passé tous deux notre examen d’entrée pour la classe de composition de Sándor Veress à l’Académie Franz Liszt à Budapest. Il avait dix-neuf ans et moi vingt-deux. À ce moment-là, quelques mois à peine après la fin de la guerre, régnait à Budapest une grande pénurie de produits alimentaires et de logements ; environ les trois quarts des maisons de la ville étaient en ruine. Pour des gens qui arrivaient de l’extérieur, il était donc presque impossible de trouver à Budapest un lit pour dormir. Avoir une chambre à soi pour étudier, ou même un piano, tenait du rêve irréalisable. Ainsi, mon appartement en sous-location était-il constitué d’un maigre matelas sur le sol de pierre d’une misérable cuisine sentant le gaz de ville et les punaises, dans la banlieue éloignée de Kőbánya. Je ne me rappelle plus où ni comment Kurtág était logé à cette époque. Dans tout Budapest, il n’y avait plus une fenêtre qui...

© Éditions Contrechamps, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540