Version classiqueVersion mobile

Métamorphoses du son

 | 
Daniel Ender

Table des matières

Philippe Albèra

Faire face

1. Métamorphoses du son

1.1 Le son – une dimension musicale dynamique
1.2 Le principe de métamorphose
1.2.1 Une notion évolutive
1.2.2 Mutations à tous les niveaux

2. Contexte et réception

2.1 Entre vies musicales viennoise et internationale
2.2 Une constante de réception tenace : « Komponist des Leisen »

3. L’expression perdue (1982-1986)

3.1 Expression et forme
3.1.1 Entre rapprochement et rupture :[1.] Quatuor à cordes (1984)
3.1.2 Une subjectivité en extinction : Poemas (1984)
3.1.3 Formes du désespoir : Dort ist das Meer – nachts steig ich hinab (1985-1986)
3.1.4 Mutation des extrêmes : Chiaroscuro (1983/86)
Un titre comme programme ?
Évolution compositionnelle reflétée par une révision de la Musik für großes Orchester à Chiaroscuro
3.2 La misère de la notation et l’invention de l’expérience
3.2.1 Ouverture d’un vaste espace : Irgendwo. Fern (avant 1983 [ ?])
3.2.2 À la recherche de concepts formels aléatoires
3.2.3 Exemple précoce de la métamorphose d’une œuvre  : Frau Nachtigall (1982) – Duo (1985)
3.2.4Spatialisation et raréfaction : voicelessness – the snow has no voice (1986)

4. Entre mutisme et éruption (1987-1994)

4.1 La découverte du son-bruit : In der Stille des Hauses wohnt ein Ton… (1987)
4.2 Couches et blocs : deux dimensions du temps musical
4.2.1 Expression et objectivation : Ultimi cori (1987-1988)
4.2.2 Les champs événementiels deviennent résonance : Risonanze (1988)
4.2.3 De vastes champs microscopiques : Le 2e Quatuor à cordes (1988)
4.2.4 Le foisonnement des sons et des formes : Gaspra (1989)
4.3 Drame et statisme : Les Aveugles (1989)
4.3.1 Un montage de textes aux multiples correspondances
4.3.2 Formules incantatoires
4.3.3 Expression de l’individualité
4.3.4 Le chant expressif comme sommet dramatique
4.3.5 L’ambiguïté comme catégorie centrale
4.4 Le son suspendu 
4.4.1 Microsonorités au ralenti : Studie – Übermalung(1989-90)  ; à un moment de terre perdue (1990)
4.4.2 Perpetuum mobile avant l’immobilisation : Face de la chaleur (1991)
4.5 Digression : le dialogue avec l’histoire et la tradition
4.5.1 De vocale, la musique devient instrumentale : Madrigal (1992)
4.5.2 La ligne devient plan : Lied (1993)
4.5.3 Transformations de mélodies
4.6 Dans le miroir des identités : Narcissus (1994)
4.6.1 Sujet – Personnages – sensibilité
4.6.2 Effets de miroirs dans la conception sonore et la dramaturgie
4.6.3 La langue en tant que processus de formation et de désintégration
4.6.4 Le chant comme distanciation et comme emphase
4.6.5 Tendances à la fusion

5. Contour et chaos (1995-2001)

5.1 Nouvelle présence et densité : nuun (1996)
5.1.1 Une mutation en profondeur
5.1.2 Un coup d’œil dans les esquisses
5.2 Variations sur la densification et la continuité
5.2.1 Mouvements tournants – mouvements dans un cercle : Quartett (1995)
5.2.2 Restriction et vitalité : presto (1997), a due (1997), spur (1998)
5.2.3 Energies latentes et manifestes : still (1998)
5.3 Le cheminement vers le chant : Aria (1999)
5.4 Un Orphée sans visage : Begehren (2001)
5.4.1 Un kaléidoscope de fragments de textes
5.4.2 Rapprochement et échec : « Lui » et « Elle »
5.4.3 Moyens d’expression antithétiques
5.4.4 La recherche du chant
5.4.5 Du monologue intérieur au dialogue
5.4.6 Entre œuvre et style
5.5 Recouvrement et montage : la pratique du remaniement

6. Spectre et voix (2002-2010)

6.1 Radiographie du son : nouvelles perspectives dans la musique pour piano
6.1.1 Expansion : Phasma (2002)
6.1.2 Réduction : Drei Klavierstücke (2003/2004)
6.2 Le cri composé : Invocation (2003)
6.2.1« tu m’uccidi, o crudele – tu me tues, ô cruel(le) »
6.2.2« Fang an. Fang noch mal an, hab ich gesagt » 
6.2.3  « … et chaque voix parvient à l’oreille tendue »
6.3 Un théâtre de l’écoute comme miroir ardent : Fama (2004/2005)
6.3.1 Un texte de référence majeur : La maison de Fama [la Renommée]
6.3.2 Un espace dans l’espace en tant qu’« auditorium »
6.3.3 Le monde de la perception intérieure
6.3.4 Recours à un modèle formel aléatoire
6.4 Prolongations, progressions 
6.4.1 Développement plutôt que soudaineté : Phaos (2006)
6.4.2 Nouvelle présence : Concerto pour pianoet orchestre (2007)
6.5 À la recherche du souvenir : Le complexe de Wüstenbuch (2008-2010)
6.5.1 Xenos et le son étrange(r) (fremd*)
6.5.2 Métamorphoses de mélodies
6.5.3 Une voix et son écho : la mutation de la voix parlée en une sonorité de l’ensemble
6.5.4 Tissu de voix et individu
6.5.5 La sonorité de l’autre
6.5.6 Utopie de la communication

7. Rétrospective et perspective

À un moment de temps perdu – remarques tardives sur un avenir passé

En guise de postface

Le son comme situation transitoire. Entretien avec Beat Furrer

Catherine Fourcassié

Glossaire

Bibliographie

Textes de Beat Furrer
Textes sur Beat Furrer
 
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search