Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits sur la musique et les musiciens

 | 
György Ligeti

Contemporains et amis

Un euphémiste1 viennois

Considérations personnelles à l’occasion du soixantième anniversaire de Friedrich Cerha

Note de l’éditeur

Écrit à l’occasion du soixantième anniversaire de Cerha le 17 février 1986. Première publication dans le quotidien autrichien Die Presse du 15-16 février 1986. Réimpression (avec quelques modifications minimes et compléments) sous le titre « Für Friedrich Cerha » dans : Projekt Friedrich Cerha (Programme du Festival de Salzbourg 1996), éd. par Hans Landesmann, Salzbourg/Zurich/New York, Festival Press, 1996, p. 6-7. (Réimpression avec l’aimable autorisation de Die Presse, Vienne).

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

J’ai fait la connaissance de Friedrich Cerha et de son épouse Traude fin décembre 1956. Après un concert de la section autrichienne de la SIMC (elle passait alors encore pour un petit groupe de conspirateurs) qui avait eu lieu dans un coin perdu de la Musikakademie, Hanns Jelinek, mon mentor, m’emmena à la cave Gmoa sur la place du Heumarkt (Marché au foin) pour me présenter aux protagonistes de l’avant-garde musicale viennoise.

J’étais en Autriche depuis quelques semaines à peine et je ne connaissais le cercle des schoenbergiens que par ouï-dire ; sur les pas de Jelinek, avec ma femme Vera, je descendis le cœur battant les quelques marches qui conduisaient à la cave à vin. À l’intérieur, tout le monde s’était déjà rassemblé : Friedrich Wildgans et Ilona Steingruber, Karl Schiske, Erwin Ratz, Fritz et Traude Cerha, Hans Erich Apostel et sa femme scandinave – seul Josef Polnauer manquait à l’appel ce soir-là. Il régnait une atmosphère viennoise jusqu’aux tréfonds : Erwin Ratz était en...

© Éditions Contrechamps, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540