Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits sur la musique et les musiciens

 | 
György Ligeti

Contemporains et amis

John Cage et la musique expérimentale en Amérique

Note de l’éditeur

Écrit (vraisemblablement) en 1959, après la venue de Cage à Darmstadt en 1958 (Cours d’été internationaux de nouvelle musique) et à Cologne (WDR, « Musik der Zeit », création allemande du Concert for Piano and Orchestra) en tant que manuscrit pour une émission de radio avec des exemples musicaux. On ne peut apporter la preuve ni d’une date de diffusion ni d’une publication. (Dans une lettre à Harald Kaufmann du 13 octobre 1959, Ligeti évoque des conférences dans différentes villes d’Allemagne qu’il doit donner entre début janvier et fin mars 1960, dont une conférence sur Cage à la Radio à Cologne. Voir Harald Kaufmann, Von innen nach außen. Schriften über Musik, Musikleben und Ästhetik, éd. par Werner Grünzweig et Gottfried Krieger, Hofheim, Wolke, 1993, p. 192.)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La première rencontre avec la musique de John Cage est souvent quelque peu déconcertante. Ici en Europe, nous portons tous plus ou moins en nous le poids de la tradition artistique de l’ancien monde. Même le courant compositionnel le plus récent, la « musique sérielle », se rattache par d’innombrables lignées à la tradition. En Amérique, la situation est tout autre. De l’amalgame de fragments de peuples et de fragments de cultures souvent contradictoires n’est née en guise de tradition commune que l’absence de tradition. Ceci a sur l’art des effets à la fois positifs et négatifs : négatifs, parce que des critères de valeur ne sont pas vraiment établis et que la capacité de faire la différence entre l’art et le kitsch n’est encore que faiblement développée dans la société ; positifs, parce que cette spontanéité crée une atmosphère propice à l’expérimentation intrépide, qu’elle ouvre pour les artistes des perspectives qui, pour nous Européens, restent bouchées, à cause de la « culture...

© Éditions Contrechamps, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540