Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Univers parallèles

 | 
Brian Ferneyhough

Autoanalyse

Shadowtime. Propos recueillis par Philippe Albèra

Note de l’éditeur

Entretien réalisé à Munich en 2004 lors de la création de l’œuvre. Première parution dans le programme du Festival d’Automne à Paris à l’occasion de la création française de l’œuvre, la même année.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce qui m’intéresse particulièrement dans l’opéra, ce n’est pas la longue histoire de sa consolidation et de l’élaboration de ses conventions. Je ne pense pas en termes de réaction à l’histoire récente du genre – je n’ai pas l’intention de faire sauter les maisons d’opéras !1 – et je ne m’intéresse pas à la présentation de personnages en tant que tels, à supposer qu’il existe certaines conventions concernant la sémantique de la personnification.

D’ailleurs, si l’on songe à des œuvres comme la Rappresentazione dell’anima e del corpo de Cavalieri, ou aux opéras jésuites du XVIIIe siècle, on voit que les personnages sont allégoriques, ils représentent le vice ou la vertu, et non des personnes. De même, à l’origine, dans les formes qui ont précédé l’opéra, comme les intermèdes, il y avait deux ou trois compositeurs qui collaboraient à l’écriture des chœurs, des arias et des ballets. L’opéra n’est pas un concept monolithique.

Dans Shadowtime, j’ai voulu faire s’entrecroiser la dimension vi...

© Éditions Contrechamps, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540