Versión clásicaVersión móvil

Univers parallèles

 | 
Brian Ferneyhough

Autoanalyse

Quatuor à cordes nº 4

Traductor: Alfredo Descalzi

Nota del editor

Transcription augmentée de quelques remarques d’une communication au colloque dirigé par Ulrich Mosch et Gianmario Borrio à Darmstadt durant les Cours d’été en 1992. Publié pour la première fois dans les Collected Writings.

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Comme le signale la notice de programme, cette œuvre s’intéresse au langage. Dans quelle mesure la musique constitue-t-elle un langage et jusqu’où peut-on la traiter comme un langage sans tenir compte de la mesure dans laquelle elle peut satisfaire les normes linguistiques d’un discours structuré ? Mais, plus profondément, cette œuvre examine, du point de vue historique, dans quel degré, la Sprachähnlichtkeit – la « ressemblance au langage », qui fut l’un des principaux modèles et l’une des principales idéologies de l’expression au tournant du siècle – demeure un vecteur gestuel ou rhétorique viable pour organiser ou évaluer la création musicale. Toutes ces considérations interviennent dans mon Quatrième Quatuor, et si j’affirme qu’il concerne « l’histoire » du quatuor à cordes, mais d’une partie seulement, il va de soi qu’il s’agit de l’histoire de ma perception de certains quatuors, et en particulier du Deuxième Quatuor à cordes de Schoenberg, qui est pour moi d’un intérêt excepti...

© Éditions Contrechamps, 2018

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search