Desktop versionMobile version

Univers parallèles

 | 
Brian Ferneyhough

Autoanalyse

Quatuor à cordes nº 4

Translated by Alfredo Descalzi

Editor's note

Transcription augmentée de quelques remarques d’une communication au colloque dirigé par Ulrich Mosch et Gianmario Borrio à Darmstadt durant les Cours d’été en 1992. Publié pour la première fois dans les Collected Writings.

The HTML, PDF, ePub formats of this book are available to the users of libraries and institutions subscribing to the OpenEdition Freemium program for Books. The book will also be available to buy in PDF and ePub formats on the websites of our partner bookstores. If a print edition of the book is available, links to bookstores will be displayed on this page.

Excerpt

Comme le signale la notice de programme, cette œuvre s’intéresse au langage. Dans quelle mesure la musique constitue-t-elle un langage et jusqu’où peut-on la traiter comme un langage sans tenir compte de la mesure dans laquelle elle peut satisfaire les normes linguistiques d’un discours structuré ? Mais, plus profondément, cette œuvre examine, du point de vue historique, dans quel degré, la Sprachähnlichtkeit – la « ressemblance au langage », qui fut l’un des principaux modèles et l’une des principales idéologies de l’expression au tournant du siècle – demeure un vecteur gestuel ou rhétorique viable pour organiser ou évaluer la création musicale. Toutes ces considérations interviennent dans mon Quatrième Quatuor, et si j’affirme qu’il concerne « l’histoire » du quatuor à cordes, mais d’une partie seulement, il va de soi qu’il s’agit de l’histoire de ma perception de certains quatuors, et en particulier du Deuxième Quatuor à cordes de Schoenberg, qui est pour moi d’un intérêt excepti...

© Éditions Contrechamps, 2018

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search