Version classiqueVersion mobile

Univers parallèles

 | 
Brian Ferneyhough

Autoanalyse

Quatuor à cordes nº 4

Traduction de Alfredo Descalzi

Note de l’éditeur

Transcription augmentée de quelques remarques d’une communication au colloque dirigé par Ulrich Mosch et Gianmario Borrio à Darmstadt durant les Cours d’été en 1992. Publié pour la première fois dans les Collected Writings.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme le signale la notice de programme, cette œuvre s’intéresse au langage. Dans quelle mesure la musique constitue-t-elle un langage et jusqu’où peut-on la traiter comme un langage sans tenir compte de la mesure dans laquelle elle peut satisfaire les normes linguistiques d’un discours structuré ? Mais, plus profondément, cette œuvre examine, du point de vue historique, dans quel degré, la Sprachähnlichtkeit – la « ressemblance au langage », qui fut l’un des principaux modèles et l’une des principales idéologies de l’expression au tournant du siècle – demeure un vecteur gestuel ou rhétorique viable pour organiser ou évaluer la création musicale. Toutes ces considérations interviennent dans mon Quatrième Quatuor, et si j’affirme qu’il concerne « l’histoire » du quatuor à cordes, mais d’une partie seulement, il va de soi qu’il s’agit de l’histoire de ma perception de certains quatuors, et en particulier du Deuxième Quatuor à cordes de Schoenberg, qui est pour moi d’un intérêt excepti...

© Éditions Contrechamps, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search