Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits sur la musique et les musiciens

 | 
György Ligeti

Précurseurs et modèles

Webern et la composition dodécaphonique

Note de l’éditeur

Manuscrit pour une émission de la Südwestfunk de Baden-Baden le 30 décembre 1963 (« Die Werke von Anton Webern » VI). Première impression en tant que troisième de quatre manuscrits d’émissions regroupés sous le titre commun « Aspekte der Webernschen Kompositionstechnik » publiés dans : Anton Webern II (Musik-Konzepte Sonderband), éd. par Heinz-Klaus Metzger et Rainer Riehn, Munich, Edition Text und Kritik, 1984, p. 51 à 104, ici p. 79 à 89. Des parties de ce texte ont été imprimées dans « Über die Harmonik in Weberns erster Kantate », dans Darmstätter Beiträge zur Neuen Musik, Vol. 3, pp. 395 à 410), Mayence : Schott 1960, p. 49 à 64 (en français : « L’harmonie dans la Première Cantate de Webern » dans : Ligeti, Neuf essais sur la musique, Genève, Contrechamps, 2001, p. 71 à 88) et dans « Die Komposition mit Reihen und ihre Konsequenzen bei Anton Webern » dans : Österreichische Musikzeitschrift 16 (1961), n°s 6-7, p. 297 à 302.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’une des propriétés de la division de l’octave dans notre échelle tempérée est que chaque note se trouve à distance égale de ses notes voisines : une distance de seconde mineure. Il en résulte que les douze sons sont totalement égaux entre eux, et cette caractéristique du chromatisme est essentielle pour les œuvres de la période atonale de Schoenberg et de Webern.

Le travail compositionnel avec douze sons égaux entre eux conduisit peu à peu à une hypersensibilité à l’égard d’un retour anticipé de la même note à l’intérieur d’une configuration musicale. Un tel retour signifiait un renforcement de la position de cette note dans l’espace harmonique, sa mise en valeur, et par là la restauration d’une espèce de hiérarchie tonale. Pour l’éviter, Schoenberg et Webern ont développé une technique compositionnelle qui cherche à écouler les douze sons du chromatisme, le retour d’une note n’étant possible qu’après qu’ont été jouées toutes les autres. Au début, cette technique ne semblait pas ex...

© Éditions Contrechamps, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540