Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits sur la musique et les musiciens

 | 
György Ligeti

Précurseurs et modèles

Webern et le Romantisme

Note de l’éditeur

Manuscrit destiné à des émissions de la Bayerische Rundfunk de Munich le 17 février 1960 et de la Südwestfunk de Baden-Baden le 18 novembre 1963 (« Die Werke von Anton Webern » III). Première impression en tant que premier de quatre manuscrits d’émission publiés sous le titre commun « Aspekte der Webernschen Kompositionstechnik » dans : Anton Webern II (Musik-Konzepte Sonderband), éd. par Heinz-Klaus Metzger et Rainer Riehn, Munich, Edition Text und Kritik, 1984, p. 51 à 104, ici p. 51 à 68. Partiellement imprimé dans : « Weberns Stil », dans : gehört – gelesen, n° 3 (1960), p. 187 à 192.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Webern a créé une poétique musicale totalement nouvelle ; il se démarque par sa pensée compositionnelle et par son esthétique de tous ses prédécesseurs et même de ses contemporains. Il n’en reste pas moins attaché à la tradition par de nombreuses et solides racines, en particulier au romantisme, dont il est issu, comme toute sa génération.

Webern est né en 1883 et il a donc naturellement grandi dans une atmosphère musicale saturée par le chromatisme de Tristan. En 1902, il fit un voyage à Bayreuth et en 1904, il commença ses études avec Arnold Schoenberg, son aîné de neuf ans seulement, qui était encore sous l’effet de l’envoûtement wagnérien. Ainsi les compositions de la période précoce de Webern relèvent-elles pleinement du style postwagnérien de la maturité : l’écriture musicale est encore tonale dans ses contours, mais les centres tonals sont tellement étouffés par l’étroit tissu chromatique qui les enserre qu’ils ne parviennent plus à assumer le rôle de piliers de la forme. Il s...

© Éditions Contrechamps, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540