Version classiqueVersion mobile

Univers parallèles

 | 
Brian Ferneyhough

Entretiens

Entretien avec Paul Griffiths

Traduction de Viviana Aliberti

Note de l’éditeur

Première publication dans New Sounds, New Personalities, British Composers of the 1980, Faber and Faber, London, 1985 (p. 65-83). (Une petite partie de l’entretien paru en anglais, au début et à la fin, n’a pas été reprise ici.)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comment une œuvre commence-t-elle – à partir d’une vision d’ensemble, d’une idée particulière, d’une sonorité particulière ?

Quand est-ce qu’une œuvre commence ? Il m’est arrivé d’avoir la sensation soudaine qu’une œuvre était là – pas nécessairement un matériau spécifiquement musical, mais l’impression d’une possibilité effective. Le plus souvent, la pièce a lentement surgi d’un ensemble d’idées plus ou moins vaguement reliées entre elles, ne prenant vraiment corps qu’au dernier moment ou presque. C’est au point qu’il m’arrive de n’avoir, à la lettre, pas la moindre idée de ce que sera la fin d’une œuvre peu de temps encore avant d’avoir à me décider entre plusieurs possibilités plus ou moins équivalentes. Il en va tout autrement si un instrument déterminé est prévu dès le départ, car il est évident que le pouvoir de suggestion d’une sonorité particulière amène à une forme de génération spontanée, l’emportant sur la présence de toute autre idée plus abstraite. Normalement, j’en vien...

© Éditions Contrechamps, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search