Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits sur la musique et les musiciens

 | 
György Ligeti

Précurseurs et modèles

L’écriture du timbre chez Webern

Note de l’éditeur

Manuscrit pour une émission de la Südwestfunk (Radio du Sud-Ouest) de Baden-Baden le 21 octobre 1963 (« Die Werke von Anton Webern » I, les œuvres d’Anton Webern I). En partie imprimé dans : « Die Komposition mit Reihen und ihre Konsequenzen bei Anton Webern », dans : Österreichische Musikzeitschrift 16 (1961), p. 297 à 302.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Notre intérêt pour le timbre », écrivait Arnold Schoenberg en 1911 à la fin de son Traité d’harmonie, « est de plus en plus vif, nous approchons de plus en plus la possibilité de le décrire et de le classer. […] Je ne suis pas un adepte inconditionnel de la différence entre timbre (Klangfarbe = couleur du son) et hauteur (Klanghöhe = hauteur du son) telle qu’elle est exprimée habituellement. Je trouve que le son se manifeste par son timbre (sa couleur) dont la hauteur est une des dimensions. Le timbre est donc le vaste territoire dont la hauteur est une circonscription. La hauteur n’est rien d’autre que le timbre mesuré dans une direction. S’il est possible donc de former avec des timbres qui divergent par leur hauteur des figures que l’on appelle mélodies, des successions dont la logique provoque un effet semblable à la pensée, il doit être aussi possible de former avec les timbres de l’autre dimension, avec ce que nous appelons timbre tout simplement, des successions dont les ra...

© Éditions Contrechamps, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540