Version classiqueVersion mobile

Univers parallèles

 | 
Brian Ferneyhough

Essais

La « musique informelle » : à partir d’une lecture d’Adorno

Traduction de Peter Szendy

Note de l’éditeur

Texte d’une conférence prononcée à Londres, au Goldsmiths Collège, le 21 février 1998. Paru pour la première fois dans Peter Szendy (éd.) : Brian Ferneyhough, « Compositeurs d’aujourd’hui », L’Harmattan/IRCAM/Centre Georges Pompidou, 1999, p. 109-117.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Puisque mon appréciation et mon interprétation personnelles de la pensée d’Adorno ont nécessairement été conditionnées, presque exclusivement, par mon expérience et ma pratique de compositeur, je restreindrai mes commentaires, pour la plupart, à ce domaine. J’ai toujours été sceptique à l’égard des artistes qui créent selon les prémisses d’un programme – aussi bien intentionné soit-il ; c’est pourquoi je me sens très étranger à une ambition qui se fixerait pour but de composer de la « musique informelle » en suivant les déclarations (qui plus est assez vagues) d’Adorno à ce sujet. Quoi qu’il en soit, adhérer de manière littérale à une quelconque liste de préceptes (à supposer qu’elle existe) reviendrait peu ou prou à un triste travestissement de cette vision, qu’il avait ardemment épousée, d’une liberté esthétiquement consciente d’elle-même et responsable.

Ce fut intéressant de relire Vers une musique informelle1 après plusieurs années et de reconnaître, dans les vastes rêveries spé...

© Éditions Contrechamps, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search