Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits sur la musique et les musiciens

 | 
György Ligeti

Précurseurs et modèles

La « Danse de l’Ours » de Bartók. Une analyse

Note de l’éditeur

Original en Hongrois intitulé « Bartók : Medvetánc (1908) (Elemzés) ». Première publication dans : Zenei Szemle, 2 (1948), no 1 (= nouvelle série no V), p. 251 à 255. Traduction française à partir de la traduction allemande d’Éva Pintér. Les notes sans mention spécifique sont également d’Éva Pinter. Celles qui portent la mention N.d.T. sont de Catherine Fourcassié.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Parmi les œuvres de jeunesse de Bartók, la Danse de l’Ours1 se prête particulièrement bien à une analyse car sa structure harmonique et formelle est relativement simple et elle recèle dans un cadre concis les caractéristiques du style de Bartók à cette époque sous une forme concentrée.

À la première écoute, on est séduit surtout par l’apparence sonore de la pièce : une sonorité pianistique inouïe, extraordinairement dure (les œuvres pour piano de Stravinski dont la sonorité est ressemblante n’ont vu le jour que plus tard), un ostinato inexorable (que Beethoven employait avec prédilection) et en dessous ou bien au-dessus, un staccato tranchant par ici, un pesante de plomb par là. Aujourd’hui, nous sommes habitués à cette apparence acoustique ; mais quel effet aura-t-elle fait sur les auditeurs de 1908, alors que les derniers soupirs s’étaient à peine éteints sur les lèvres de Mélisande ?

Ce fut l’instant où les loups et les ours, le monde cruel des steppes et de la taïga, firent irrupt...

© Éditions Contrechamps, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540