Version classiqueVersion mobile

Univers parallèles

 | 
Brian Ferneyhough

Essais

La fonction du timbre dans les premières œuvres d’Anton Webern

Sur quelques aspects des Cinq Pièces pour orchestre opus posthume (1913)

Concerning the Functional Role of Timbre in the Early Works of Anton Webern

Traduction de Sook Ji

Note de l’éditeur

Texte écrit à Bâle en 1972. Première publication dans les Collected Writings, p. 165-182.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La présente étude ne prétend pas à l’exhaustivité sur le plan analytique. Bien que la relation entre ces pièces peu connues1 et celles de l’opus 10, qui leur sont apparentées, soit une question fascinante en elle-même, ce n’est pas le sujet qui nous concerne ici ; le cadre de ma réflexion se limitera surtout à des considérations sur le timbre et l’articulation instrumentale, et plus particulièrement sur la façon dont ces facteurs contribuent à la perception de la forme musicale.

Longtemps, les Cinq Pièces pour orchestre opus 10 ont constitué les premiers témoignages de la place centrale qu’occupait la Klangfarbenmelodie dans la première période du compositeur. Toutefois, lorsqu’on lit les nombreuses analyses parues récemment sur ces pièces et d’autres œuvres pré-sérielles – des analyses centrées uniquement sur les hauteurs –, il est frappant de constater le peu d’importance accordé au timbre et aux articulations dans l’évaluation de ce que les structures locales apportent aux structu...

© Éditions Contrechamps, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search