Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits sur la musique et les musiciens

 | 
György Ligeti

Précurseurs et modèles

La technique de collage chez Mahler et Ives

Note de l’éditeur

Version rédigée d’un entretien avec Clytus Gottwald réalisé pour une émission du Süddeutsche Rundfunk (Radio du Sud de l’Allemagne) le 5 février 1971. Première publication sous le titre « Gustav Mahler und die musikalische Utopie – II. Collage » dans : Neue Zeitschrift für Musik, 135 (1974), n° 5, p. 288 à 291.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mahler travaille souvent avec un matériau de récupération du XIXe siècle qu’il intègre à sa musique, tout-à-fait à la manière d’un collage – comme dans le passage du cor de postillon dans le scherzo de la Troisième Symphonie1 pour ne citer que l’exemple le plus célèbre. À cet l’endroit, le scherzo s’interrompt tout à coup, le tempo ralentit et la mélodie du cor de postillon se déploie en une diction très libre. Le tout donne une touche désuète – et ce à deux titres. Il y a tout d’abord le cor de postillon, qui contraste étrangement avec la perfection instrumentale du grand orchestre symphonique du tournant du siècle : il représente quelque chose de primitif, de simple, de presque détraqué. À quoi s’ajoute le fait que cet instrument désuet joue une mélodie désuète, de veine populaire, qui fait l’effet d’un corps étranger dans le contexte musical de ce passage. Le cor de postillon semble appartenir à une tout autre époque…

On trouve cette technique de collage parfaitement développée dè...

© Éditions Contrechamps, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540