Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits sur la musique et les musiciens

 | 
György Ligeti

Sur la nouvelle musique

De l’emploi des ordinateurs dans la composition1

Note de l’éditeur

Écrit en 1989 comme version révisée d’un texte plus ancien de 1987 (voir note 1). Première publication sous le titre « … nur die Phantasie muß gezündet werden. Zur Anwendung von Computern in der Komposition », dans : Musik Texte n° 28/29, mars 1989, p. 3-4.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On a utilisé judicieusement jusqu’à aujourd’hui le traitement de données pour générer des sons ou des structures sonores complexes. Le programme « Music V » de Max Mathews ainsi que les travaux pionniers de Jean-Claude Risset, John Pierce, John Chowning, Andy Moorer et John Grey ont jeté les bases en ce sens dès les années soixante et le début des années soixante-dix. Le CD et le synthétiseur numérique, le Yamaha DX-7 par exemple, sont – entre autres – leur héritage dans la branche commerciale de la musique.

Ce qui s’est passé jusqu’à présent dans le domaine de la composition algorithmique me paraît un peu plus problématique. Pour l’instant, il n’y a pas d’ordinateur ni de logiciel qui puisse se mesurer au cerveau humain en ce qui concerne la production d’œuvres d’art. On peut bien formaliser les règles d’écriture de Palestrina – telles qu’on les trouve dans le livre de contrepoint de Jeppesen par exemple2 – ou les règles de l’harmonie fonctionnelle – en les simplifiant passablement ...

© Éditions Contrechamps, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540