Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits sur la musique et les musiciens

 | 
György Ligeti

Sur la nouvelle musique

Qu’attend de l’orgue le compositeur du présent ?

Note de l’éditeur

Version rédigée d’un exposé improvisé tenu le 27 janvier 1968 lors du premier colloque de la Fondation Walcker pour la recherche en science organologique (du 25 au 27 janvier 1968) au col du Thurner dans la Forêt Noire. Première publication dans : Orgel und Orgelmusik heute. Versuch einer Analyse. Bericht über das erste Colloquium der Walcker-Stiftung für orgelwissenschaftliche Forschung 25.– 27 Januar 1968 auf dem Thurner im Schwarzwald (Veröffentlichungen der Walcker-Stiftung für orgelwissenschaftliche Forschung, vol. 2) éd. par Hans Heinrich Eggebrecht (avec la collaboration de Klaus-Jürgen Sachs et Christoph Stroux), Stuttgart, Musikwissenschaftliche Verlags-Gesellschaft, 1968, p. 168 à 183 ; comparer aussi avec la discussion qui a suivi, op. cit., p. 183 à 200.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

I

Avant de formuler en tant que compositeur certaines revendications à l’encontre de la facture d’orgue actuelle, je voudrais présenter mes observations sur la situation musicale aujourd’hui, telle que je la vois.

Ce qui est typique de la situation actuelle de la composition, c’est qu’il n’y a plus de langage musical unifié, plus de vocabulaire compositionnel obligatoire. Chaque compositeur doit se forger son propre vocabulaire. Si l’une ou l’autre tendance était déclarée seule valable, cela créerait une espèce de « lit de Procuste » qui ne conviendrait pas aux autres mouvances compositionnelles. De même, un orgue tel que je l’imagine pour la musique actuelle – proclamé comme idéal – constituerait un « lit de Procuste » pour d’autres compositeurs. De ce point de vue, il faut donc exiger, pour le travail concernant l’orgue et tout autre instrument, ainsi que pour la musique électronique, la musique concrète, etc., la liberté de poursuivre dans différentes directions qui s’avèreront peu...

© Éditions Contrechamps, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540