Version classiqueVersion mobile

Bernd Alois Zimmermann

 | 
Philippe Albèra

Musicien d’aujourd’hui

Bernd Alois Zimmermann
Traduction de Edna Politi

Note de l’éditeur

Ce texte a été réédité avec des modifications substantielles dans l’ouvrage « Bernd Alois Zimmermann, Ecrits » (Contrechamps, 2011). C’est cette dernière version qui doit être utilisée comme référence.


Paru pour la première fois sous le titre « Musiker von heute ».

Texte intégral

1Les témoignages personnels, quels qu’ils soient, ne manquent pas d’intérêt pour qui est prêt à voir ce qu’ils sont : les maximes et les réflexions d’un artiste sur son œuvre, sur sa création, sur la création musicale en général, et, dans la mesure du possible, sur sa personne et sa place dans la société. Commençons tout d’abord par ce dernier point.

2L’auteur appartient à la catégorie des « jeunes compositeurs » et il s’est laissé convaincre que cette désignation ne concerne aucunement l’âge, comme on pourrait le croire, mais les convictions ; et dans le cas de l’auteur, les opinions stylistiques telles qu’elles sont définies par le cercle des jeunes compositeurs de l’école de Darmstadt. L’auteur vit comme compositeur indépendant. Ce fait qui, pour un jeune compositeur, semble tout d’abord surprenant, est enregistré par de nombreux critiques comme une prétention monstrueuse, ou comme la preuve que les miracles existent. Le sujet doit convenir qu’il incline davantage vers la seconde opinion. Il est de l’avis réconfortant que l’on ne peut justifier le choix de sa position par l’effet économique de celle-ci. La question porte beaucoup plus sur le fait de savoir sous quelles conditions la liberté de l’artiste et de sa création est possible. Le compositeur, qui a donné sa réponse par le choix de sa position, se voit encore obligé de faire un aveu : c’est son essai de répondre à la question. En termes simples : le compositeur est comme tous les êtres humains qui ont reçu un ordre obscur, une vocation, et qui ne s’y sont pas dérobés ; il est, comme le dit Heinrich Böll, un pauvre imbécile.

3En quoi consiste donc le bonheur du compositeur ? Certainement dans le fait d’être entendu et compris. Ceci étant, la nécessité et le motif profond de sa création sont indépendants de la compréhension, et ce n’est donc pas là qu’il faut les rechercher. Mais en quoi consiste donc la nécessité de la création ? Réponse : dans la prise de conscience de cette vocation et de l’obligation de communication qui en découle ; en d’autres termes, le compositeur n’a pas d’autre choix que celui d’être l’exécutant de sa mission à partir du moment où il l’a reconnue ou croit l’avoir reconnue. Quel est donc le motif profond de sa création ? Réponse : communiquer un ordre obscur, ou pour l’exprimer autrement, rendre saisissable l’insaisissable. Voilà quelle est, au plus profond, l’antinomie de la création compositionelle et son secret.

4Le motif extérieur de la création diffère selon l’origine, le tempérament et la situation du compositeur. L’aspect musical de l’œuvre, sa forme sonore, qui est déterminé par l’organisation des vibrations acoustiques est, en tant que tel, tout à fait analysable. Mais l’analyse de la forme sonore renseigne uniquement sur la qualité de son accomplissement matériel. « On ne peut étudier la lumière de la bougie par la trace que la cire a laissée » dit Antoine de Saint-Exupéry. Il faut effectivement faire la différence entre la forme sonore, qu’on a aussi appelée le corps sonore, et le principe de sa vie musicale, l’âme sonore. Ainsi l’organisme musical est plus que la succession d’une cause et d’un effet acoustiques. Parfois, il semble au compositeur que l’idée musicale est une sorte d’instinct géologique qui lui ordonne, lui qui est équipé des outils d’enregistrement les plus fins, de cogner à tel endroit et non à tel autre dans la profondeur du minerai musical, afin d’amener ses trésors à la lumière. Mais pourquoi lui ordonne-t-il de fouiller justement là et non pas là-bas, ceci, le compositeur, « in statu nascendi », ne peut le dire, pas plus qu’il ne peut dire pourquoi cette idée, pour garder la même comparaison, lui met une fois la pioche et une autre fois de la dynamite dans la main, ou bien lui conseille d’utiliser telle ou telle méthode. Tschaïkovsky disait que l’inspiration ne rend pas visite aux paresseux. Il est donc indiqué au compositeur de disposer de méthodes aussi bonnes et aussi variées que possible. Mais c’est à son intelligence musicale de trouver quelles méthodes employer chaque fois. En fait, avec chaque nouvelle œuvre, le compositeur se trouve face à une situation nouvelle. « Dans la vie, il y a un organisme qui se développe », dit Saint-Exupéry, « un organisme et non la succession de causes et d’effets — même quand tu les y découvres ensuite rétroactivement pour épater tes élèves. » Effectivement, pour un compositeur qui rend des comptes, l’« ensuite » est un élément de la création presque aussi important que le « pendant » ; l’« ensuite » est en quelque sorte le repérage de l’émetteur qui a donné l’ordre obscur. Entre temps cependant, l’émetteur a changé de position, il a choisi une autre longueur d’onde, et même un autre code. Schœnberg parle du caractère protocolaire de la nouvelle musique. En effet, ainsi que nous l’avons vu, le compositeur est un « reporter ». Il est vrai qu’il existe aussi des reporters à sensation. Cependant, la vraie sensation est non sensationnelle car son effet vient du spirituel et se situe très profondément dans un étonnement de l’âme qui perçoit ce que, à vrai dire, elle sait et savait, mais sans pouvoir le nommer. Bien sûr, un long temps d’adaptation est souvent nécessaire jusqu’à ce que la langue du compositeur soit comprise. L’incompréhension du public n’est donc que temporaire, et, dans la plupart des cas, celui-ci prononce à la longue le bon jugement, comme Stravinski le disait.

© Éditions Contrechamps, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search