Version classiqueVersion mobile

Bernd Alois Zimmermann

 | 
Philippe Albèra

Avant-propos

Texte intégral

1La situation de Bernd Alois Zimmermann est paradoxale. On peut le considérer comme l’un des compositeurs les plus importants de l’après-guerre (c’est du moins notre point de vue), et pourtant, son œuvre reste très mal connue et trop rarement jouée en dehors de l’Allemagne. Certes, elle réclame souvent des effectifs considérables, des formations peu usuelles, et elle exige une virtuosité technique qui n’est pas destinée à « faire briller » l’interprète. Défendue en son temps par un groupe de musiciens engagés vis-à-vis d’elle — citons les frères Kontarsky, Siegfried Palm, Michael Gielen entre autres — elle est restée trop longtemps confinée à ce cercle restreint. En France, la réception de Zimmermann n’a pas été à la hauteur de son œuvre : le Requiem pour un jeune poète ou l’Action ecclésiastique Ich wandte mich... n’y ont toujours pas été jouées ; on attend que Les Soldats fassent leur entrée à l’Opéra de Paris (après leur création tardive à l’Opéra de Lyon en 1983) ; des œuvres aussi importantes que la Symphonie en un mouvement, Dialogues, Antiphonen, Photoptosis ou la Musique pour les Soupers du Roi Ubu ne sont pas entrées au répertoire des institutions symphoniques ; sans parler des nombreux concertos (pour violon, hautbois, trompette, violoncelle) que Zimmermann a écrits. Les textes mêmes du compositeur n’ont eu aucun écho en France, et l’on ne compte guère d’articles sur son œuvre ; il n’existe même aucun livre de caractère général sur lui (y compris en allemand).

2Par ce numéro de Contrechamps, nous avons voulu combler quelques-unes de ces lacunes et offrir au lecteur français une base de travail et de réflexion sur Zimmermann. Pour cela, nous avons choisi un ensemble de textes représentatifs du compositeur, couvrant l’ensemble de son activité créatrice : textes de caractère général ou concernant plus particulièrement une œuvre. Par ce choix, nous avons voulu donner une image aussi complète que possible de la pensée (des préoccupations) de Zimmermann. Les textes de Zimmermann sont souvent écrits dans une langue abrupte, voire parfois confuse : cela pose quelques problèmes de traduction. Cependant, nous sommes restés aussi près que possible de l’original. Malgré les difficultés de Zimmermann à expliciter ses concepts, ses textes demeurent, comme tous les textes de compositeurs, le témoignage essentiel par rapport à son œuvre. Ils en sont la première source d’information, dans la mesure où ils ont été élaborés en même temps que des œuvres dont ils situent la problématique. Les études que nous avons réunies n’ont rien d’exhaustif : un article d’introduction nous a paru nécessaire, ainsi que les témoignages de deux de ses élèves qui comptent aujourd’hui parmi les compositeurs importants de leur génération. De même, il semblait indispensable de publier une analyse de la conception du temps chez Zimmermann, qui est au centre de son travail, ainsi qu’une étude sur son utilisation du jazz, qui renvoie au « style pluraliste » de sa musique, tel qu’il le définissait lui-même. Enfin, une présentation du Requiem et une approche détaillée de quelques pages des Soldats nous ont paru aller de soi, s’agissant ici des deux œuvres les plus importantes de Zimmermann. La place nous a manqué, hélas, pour des études que nous désirions publier. De même, nous n’avons pu disposer des lettres inédites de Zimmermann que nous voulions traduire. Que ceux qui nous ont aidés pour réaliser ce numéro soient ici remerciés : Monsieur Wohlgemuth (Jecklin à Zurich), Josef Haüssler (Südwestfunk à Baden Baden), les éditions Schott à Mayence, ainsi que Christine Crevoisier et Nicole Simon-Vermot à Genève.

© Éditions Contrechamps, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search