Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits sur la musique et les musiciens

 | 
György Ligeti

De Hongrie

Un ensemble roumain du comitat d’Arad

Note de l’éditeur

Écrit en 1950 en langue roumaine (manuscrit original à l’Institut du Folklore à Bucarest ?). Première publication dans sa version hongroise (traduction de l’auteur) sous le titre « Egy aradmegyei román együttes » dans : Emlékkönyv Kodály zoltán 70. Születésnapjàra (Zenetudományi tanulmányok, vol. 1) [Brochure en hommage à Zoltán Kodály pour son 70e anniversaire], éd. par Bence Szabolcsi et Dénes Bartha, Budapest, Akadémiai kiadó 1953, p. 399 à 404. Traduction allemande d’Éva Pintér. Révisée et complétée en 2002. Traduction française à partir de la version allemande. Traduction à partir de la version hongroise par Simon Gallot dans György Ligeti et la musique populaire, Lyon, Symétrie, 2010, p. 224 à 231.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Covăsinţ (Kovaszinc), localité d’environ trois mille cinq cents habitants purement roumains, se trouve près de Világos1 dans une riche région viticole. Un train régional relie le village à Arad ; grâce à ces facilités de transport, il entretient des liens étroits avec la ville. Ici, l’art populaire a presque disparu mais étrangement la musique n’est pas touchée. Le chant populaire roumain de style ancien y est très vivant, les femmes savent encore chanter des lamentations. Il y a aussi trois ensembles instrumentaux dans le village : deux d’entre eux sont constitués des habituels instruments à cordes, mais dans le troisième, la voix supérieure est jouée par une trompette et la basse est remplacée par une grosse caisse, seul le « contraş »2 joue du violon. Le répertoire de ces trois ensembles est très différent car ils n’empruntent pratiquement jamais les morceaux des autres ; chaque « primaş » joue ce que son père lui a appris, ce qui explique d’ailleurs pourquoi la musique citadine ...

© Éditions Contrechamps, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540