Version classiqueVersion mobile

Schoenberg

 | 
Carl Dahlhaus

Carl Dahlhaus

La construction du disharmonique

À propos des théories artistiques de Schoenberg et Kandinsky

Traduction de Eeva Hyvärinen et Vincent Barras

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1.

La tentation est grande de vouloir découvrir ou établir une analogie historique entre l’émancipation schoenbergienne de la dissonance et l’abstraction réalisée par Kandinsky à partir de l’art figuratif, d’autant plus que ces deux hommes étaient eux-mêmes convaincus de l’étroite affinité de leurs orientations. Peu d’historiens ont su résister à cette tentation. Cependant, ce rapprochement est trompeur dans la mesure où ce ne fut pas la musique nouvelle qui servit de référence à l’ébauche d’une théorie de la peinture abstraite, mais bien la musique en tant que telle, indépendamment de l’opposition tonalité-atonalité qui, autour de 1910, marqua une césure importante dans l’histoire de la musique. S’il s’avère que, d’une manière générale, la peinture et la musique d’avant-guerre aspirent simultanément à l’émancipation d’une tradition séculaire, il n’est pas pour autant permis de comparer tonalité et art figuratif.

L’affinité avec Schoenberg que Kandinsky essaya d’exprimer dans une lett...

© Éditions Contrechamps, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search