Version classiqueVersion mobile

Schoenberg

 | 
Carl Dahlhaus

Carl Dahlhaus

Contribution à la théorie de la série de douze sons

Traduction de Dominique Leveillé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La définition que donne Schoenberg du dodécaphonisme, « composition avec douze sons n’ayant de rapports qu’entre eux », est l’une de ces formules qui semblent de prime abord anodines, mais dont on s’aperçoit, lorsqu’on les considère avec suffisamment d’objectivité (sous la forme d’une « immédiateté seconde »), que chacun des termes est problématique.

Le fait que la série abstraite qui sous-tend une œuvre et la composition concrète qui en résulte – en tant qu’activité et en tant qu’œuvre – se confondent dans la définition de Schoenberg (une définition qui interdit de séparer la structuration préalable, le processus de formation et l’œuvre), n’est pas sans signification ; et il ne doit pas non plus, d’autre part, être écarté d’un revers de main comme une simple obscurité qu’il serait aisé de dissiper. L’ambivalence est inhérente à la chose même, elle n’est pas simplement une formulation par laquelle celle-ci doit être comprise.

De fait, les véritables difficultés se dissimulent dans des...

© Éditions Contrechamps, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search