Version classiqueVersion mobile

Schoenberg

 | 
Carl Dahlhaus

Carl Dahlhaus

La fugue comme prélude

Contribution à l’interprétation de l’opus 44 de Schoenberg

Traduction de Dominique Leveillé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans son (deuxième) essai intitulé « La composition avec douze sons », rédigé sans doute vers 1947, Arnold Schoenberg écrit : « À mon sens, les canons et autres imitations ne doivent servir qu’à étayer davantage le lien des voix d’accompagnement, qui rendent la sonorité plus pleine, avec la voix principale. Dans ces conditions » – c’est-à-dire celles de la technique de douze sons – » même l’écriture d’une fugue est un peu trop facile. Ce n’est qu’avec des raisons particulières qu’il faudrait entreprendre la composition de ces formes, qui ont déjà donné de merveilleux résultats sous la plume de compositeurs dont le mode d’expression était celui des combinaisons contrapuntiques. Par exemple, lorsqu’un compositeur éprouve le besoin d’apaiser une sorte de désir nostalgique de la beauté des formes du passé ; ou lorsqu’on souhaite faire montre de toutes les facettes de sa technique ; ou encore lorsque, dans le cours d’une œuvre de longue haleine, d’un opéra, d’un oratorio, d’une cantate, ...

© Éditions Contrechamps, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search