Version classiqueVersion mobile

Schoenberg

 | 
Carl Dahlhaus

Carl Dahlhaus

Schoenberg et Beethoven

Traduction de Tiina Hyvärinen

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Arnold Schoenberg et Igor Stravinsky, les antipodes de la Nouvelle Musique, avaient ceci en commun qu’ils n’aimaient pas être perçus comme des révolutionnaires. Non pas qu’ils aient nié avoir apporté des modifications profondes à la musique, mais ils tenaient à affirmer que les apparences du bouleversement causé par l’atonalité et le dodécaphonisme de Schoenberg, ainsi que par les chocs rythmiques et les techniques de distanciation néoclassiques de Stravinsky, n’étaient que la façade trompeuse d’un processus qui, dans une perspective historique, devait fatalement surgir, conséquence inévitable, bien qu’extrême, d’une tradition séculaire.

Dans ses efforts pour justifier historiquement la technique de douze sons, c’est-à-dire réfuter le soupçon d’une construction abstraite à l’aide de la découverte d’une histoire préalable, Schoenberg, tout comme Richard Wagner, a écrit sa propre histoire. Anton Webern, qui a faites siennes les idées de Schoenberg avec toute la ferveur d’un adepte dont...

© Éditions Contrechamps, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search