Version classiqueVersion mobile

Schoenberg

 | 
Carl Dahlhaus

Carl Dahlhaus

La poétique musicale de Schoenberg

Traduction de Tiina Hyvärinen

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

I.

L’opposition entre esthétique et métier que soulignait Schoenberg en 1911 – non sans ironie – dans le premier chapitre de son Traité d’harmonie est en réalité d’une importance toute secondaire. Car l’esthétique, dont Schoenberg s’efforçait de nier les exigences, était une esthétique classique étroite ; et l’enseignement de l’harmonie s’y trouvait certes prôné, afin de contrarier les esthéticiens, mais non pas tant parce qu’il était une instance décisive que pour la loyauté avec laquelle il respectait les limites qui lui étaient imposées. (Faire l’apologie du métier, comme l’ont fait par la suite Stravinsky et Hindemith, n’était pas l’affaire de Schoenberg.)

Lorsqu’il est question de composition au sens emphatique, Schoenberg en appelle à son sens de la forme. Certes, il serait en principe possible de justifier par la théorie les découvertes faites grâce au sens de la forme, mais cela ne s’impose pas. Schoenberg perçoit l’histoire de la musique comme un processus mettant en avant et...

© Éditions Contrechamps, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search