Version classiqueVersion mobile

Schoenberg

 | 
Carl Dahlhaus

Carl Dahlhaus

Schoenberg et la musique à programme

Traduction de Tiina Hyvärinen

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On ne sait pas très bien ce qu’est la musique à programme. L’idée d’une musique instrumentale « pure », qui s’épuiserait dans les liens fonctionnels des sons, est une abstraction, de même que l’idée d’une musique à programme qui raconterait et dépeindrait une histoire de façon détaillée, comme s’il s’agissait d’un roman musical. La réalité musicale se compose de transitions entre les extrêmes, autour desquels les esthéticiens débattent. Le fait que toute opinion sur la définition de la musique à programme entraîne toujours un jugement sur l’utilité esthétique ou les défauts du genre ne fait qu’embrouiller la discussion encore davantage. Ceux qui la défendent auront tendance à classer les pièces de caractère de Schumann, dont la valeur est incontestable, sous la rubrique de la musique à programme. Ceux qui la rejettent en donneront une définition plus étroite.

Seules deux œuvres parmi les premières de Schoenberg, le sextuor à cordes La Nuit transfigurée opus 4 et le poème symphonique ...

© Éditions Contrechamps, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search