Version classiqueVersion mobile

Schoenberg

 | 
Carl Dahlhaus

Carl Dahlhaus

La technique de douze sons est-elle « illusoire » ?

Une réplique

Traduction de Dominique Leveillé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La technique de douze sons a été déclarée morte depuis qu’elle existe : on ne cesse, pour reprendre l’expression d’Albert Wellek, de refermer son dossier. La polémique contre le dodécaphonisme, soupçonné d’être un système illusoire, est cependant demeurée bien impuissante face à la réalité musicale, à savoir que la méthode de douze sons a été pratiquée par des compositeurs qui figurent, par leur talent et par leurs exigences, parmi les plus éminents de leur génération. Si l’on est persuadé de l’inanité de la méthode, il reste à expliquer pourquoi des compositeurs dont l’importance n’est pas à démontrer se sont appropriés un principe « inutile ». Comment expliquer que de grandes œuvres aient pu voir le jour si « le paramètre incontestablement premier du phénomène musical », la hauteur ou la classe de hauteurs (Tonqualität) 1, se fonde sur une méthode elle-même « illusoire »2 ?

L’objectif que se fixent Hellmut Federhofer et Albert Wellek est plus modeste : si modeste à vrai dire que le...

© Éditions Contrechamps, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search