Version classiqueVersion mobile

Schoenberg

 | 
Carl Dahlhaus

Carl Dahlhaus

Qu’est-ce qu’une série de douze sons ?

Traduction de Dominique Leveillé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis un demi-siècle, la masse des écrits théoriques et analytiques sur le dodécaphonisme, la « composition avec douze sons n’ayant de rapports qu’entre eux », a pris des proportions gigantesques. Et pourtant, la question « qu’est-ce qu’une série de douze sons ? » semble avoir été négligée ou esquivée, sans qu’il soit bien établi si le problème de la définition est tenu pour insignifiant ou insoluble.

La règle fondamentale de la technique dodécaphonique, à savoir qu’une série peut revêtir 48 formes (original, renversement, rétrograde et rétrograde du renversement sur chacun des 12 demi-tons) implique nécessairement le présupposé, d’apparence anodine mais pourtant capital, que c’est toujours la même série qui se manifeste dans les diverses formes. La série, dès lors, serait à définir comme l’élément invariant dans la diversité des formes. Pourtant, la question de savoir ce qui est commun aux 48 formes, c’est-à-dire comment décrire l’invariant dans les suites de notes do-mi- et si♭-...

© Éditions Contrechamps, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search