Version classiqueVersion mobile

Schoenberg

 | 
Carl Dahlhaus

Carl Dahlhaus

L’émancipation de la dissonance

Traduction de Dominique Leveillé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

I.

Arnold Schoenberg voyait dans le terme « atonal » une intention blessante, qui était peut-être effectivement présente à l’origine. Ce n’est pas tant le moment négatif, l’absence d’une tonalité, qui serait déterminant, mais bien la cause du renoncement : l’« émancipation de la dissonance ». Et pour légitimer l’émancipation, le procédé consistant à traiter les dissonances comme des consonances 1, Schoenberg faisait valoir que la consonance ne se distingue de la dissonance que par une différence de degré, et non par une différence spécifique ou essentielle. « Ainsi que l’explique le calcul des oscillations, elles sont aussi peu antagonistes que ne le sont deux et dix, et les expressions de consonance et de dissonance, qui tendent à signifier un antagonisme, se révèlent dès lors fausses. »2

La répartition des accords en consonants et dissonants était l’un des présupposés de la doctrine du contrepoint : une consonance est une entité indépendante, une dissonance doit être résolue. Dans l...

© Éditions Contrechamps, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search