Version classiqueVersion mobile

Schoenberg

 | 
Carl Dahlhaus

Carl Dahlhaus

Le lied de Schoenberg « Streng ist uns das glück und spröde »

Traduction de Tiina Hyvärinen

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’image de George que donnent ses disciples est celle d’une personne méprisant la musique. Nombre de témoignages semblent le confirmer. Dans Faits et jours, George célèbre chez Hölderlin le poète qui a su, « entre description matérielle et sonorité qui désagrège, faire ressortir la parole donnant vie »1. Ce que George a écrit pour exprimer son admiration de Verlaine contredit toutefois ce jugement catégorique sur la sonorité qui désagrège : « Ce qui a le plus marqué toute une génération de poètes, ce sont les chansons sans paroles – les strophes de la vie joyeuse et douloureuse… Pour la première fois, nous avons entendu battre notre âme d’aujourd’hui, libre de toute parole superflue : nous savions qu’elle n’aurait plus besoin de cothurnes ni de masques, et qu’une simple flûte suffirait à dévoiler ce que l’être a de plus profond »2. Si, dans la théorie de la poésie de George, la notion emphatique de la « parole » est associée au style élevé, la langue lyrique apparaît comme étant une...

© Éditions Contrechamps, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search