Version classiqueVersion mobile

Schoenberg

 | 
Carl Dahlhaus

Carl Dahlhaus

Schoenberg et Bach

Traduction de Dominique Leveillé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Schoenberg détestait qu’on le qualifiât de révolutionnaire. « Ce que j’ai fait », écrit-il en 1937 à Nicolas Slonimsky, « n’avait rien de révolutionnaire ni d’anarchique. Dès mes débuts, j’avais un sens de la forme très développé et une profonde aversion à l’égard de l’exagération.1 » Les œuvres de Schoenberg sont un refus et une justification. Elles réfutent des objections contre sa musique qui, bien qu’elles s’annulent mutuellement, n’en ont pas moins été sans cesse soulevées, à tour de rôle ou même simultanément : le reproche d’une fantaisie débridée et dépourvue de règles, et celui d’un intellectualisme rigide. Aujourd’hui encore, un demi-siècle plus tard, la technique atonale de douze sons est pour ses détracteurs – lesquels connaissent moins la chose elle-même que le verbiage tenu à son sujet – soupçonnée d’être anarchique en tant que musique atonale, et d’être un système de contraintes imposé de l’extérieur à la musique en tant que technique de douze sons.

Ces deux reproches, ...

© Éditions Contrechamps, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search