Version classiqueVersion mobile

Schoenberg

 | 
Carl Dahlhaus

Carl Dahlhaus

Prose musicale

Traduction de Dominique Leveillé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’expression « prose musicale », que Schoenberg utilise dans son article « Brahms, le progressiste » pour désigner un langage musical délié, libéré de la « carrure de la construction musicale » (Wagner), semble être une formule sans équivoque et désigner un phénomène qui remplit, dans les domaines rythmique et mélodique, une fonction semblable à celle de l’émancipation de la dissonance dans le domaine de l’harmonie. Les idées mélodiques doivent être fondées en elles-mêmes et trouver leur sens sans l’appui des symétries et des correspondances, à l’instar de dissonances privées de leur résolution.

Heinrich Besseler a utilisé en 1953 le terme « prose musicale », indépendamment de Schoenberg, pour décrire la mélodie du chant grégorien et de la polyphonie franco-flamande, mélodie dont la caractéristique est de « produire sans cesse du nouveau » : « Le mot prose est un vieux mot latin qui signifie discours délié (ungebundene Rede  1), progressant simplement et directement : oratio prorsa o...

© Éditions Contrechamps, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search