Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Schoenberg - Kandinsky. Correspondance, écrits

 | 
Philippe Albèra

Avant-propos

Texte intégral

1La correspondance entre Schoenberg et Kandinsky est publiée ici pour la première fois en français. Les lettres de Schoenberg se trouvent à Munich, à la Fondation Gabriele Münter et Joseph Eichner ; elles étaient pour ainsi dire inaccessibles et ce n’est qu’en 1980 qu’elles ont été rassemblées par Jelena Hahl-Koch dans un ouvrage paru chez Residenz Verlag à Salzburg : «  Arnold Schönberg/Wassily Kandinsky : Briefe, Bilder und Dokumente einer aussergewöhnlichen Begegnung ». Les lettres de Kandinsky, tout comme les propres copies des lettres de Schoenberg, se trouvent depuis 1920 à la Library of Congress de Washington. Erwin Stein en avait déjà choisi trois, en raison de leur contenu politique et humain, pour son édition des lettres de Schoenberg (Schönberg : Briefe, Mainz 1958). Ces lettres, traduites par Denis Collins en français (Lattès, Paris, 1983), ont été reproduites telles quelles ici ; nous avons seulement ajouté une phrase manquante dans l’édition française. La publication plus tardive de certains extraits en langue allemande est mentionnée dans les notes. Certaines lettres de Gabriele Münter (également déposées à la Library of Congress) ont été ajoutées à cette correspondance afin de compléter ou de remplacer celles de Kandinsky dont on a perdu la trace.

2Dans notre traduction, nous nous sommes efforcés de rester aussi près que possible de la forme originale du texte, afin d’en conserver la spontanéité, quitte à laisser des répétitions, des néologismes, des métaphores, etc. Nous avons également respecté la typographie originale (signes de ponctuation, abréviations, majuscules/minuscules, etc.) Toutes les indications supplémentaires — par exemple les points de suspension indiquant que certaines communications personnelles de Gabriele Munter ont été supprimées — se trouvent entre crochets. Certains mots sont accompagnés de leur original allemand, particulièrement pour Kandinsky, qui déplorait ne pas disposer d’une syntaxe et d’une terminologie assez précises pour parler d’esthétique et qui, pour désigner une nouvelle notion, emploie volontiers des mots inédits, dégagés du sens habituel.

3Nous remercions tous ceux qui nous ont aidé à la réalisation de ce numéro, en particulier Catherine Dunkel, Christine Crevoisier, Viviane et Nadine Aliberti, Frédérique Genty, Dina Farwagi, ainsi que Jürg Stenzl, pour la supervision des traductions. Nous remercions Maurice Besset, qui a relu et corrigé la traduction de la correspondance, et Pierre Boulez, qui nous a aidé dans l’approche de «  Die glückliche Hand » de Schoenberg.

Arnold Schoenberg, avant 1911, avec une dédicace à Kandinsky

Wassily Kandinsky à sa table de travail, en 1912

Kandinsky avec sa femme Nina, et Schoenberg avec sa femme Gertrud en 1927, à Pörtschach au bord du Wörthersee

Table des illustrations

Légende Arnold Schoenberg, avant 1911, avec une dédicace à Kandinsky
URL http://books.openedition.org/contrechamps/docannexe/image/2622/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Wassily Kandinsky à sa table de travail, en 1912
URL http://books.openedition.org/contrechamps/docannexe/image/2622/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Kandinsky avec sa femme Nina, et Schoenberg avec sa femme Gertrud en 1927, à Pörtschach au bord du Wörthersee
URL http://books.openedition.org/contrechamps/docannexe/image/2622/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Éditions Contrechamps, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter