Version classiqueVersion mobile

Elliott Carter ou le temps fertile

 | 
Max Noubel

Avant-propos

Philippe Albèra

Texte intégral

1Le livre de Max Noubel constitue la première étude d’importance sur la musique d’Elliott Carter en français. Elle prend en compte l’ensemble de la production d’un compositeur dont le catalogue des œuvres, fait exceptionnel, couvre une période de plus de soixante ans, et demeure ouvert. Si les textes de Carter lui-même ont fait l’objet de publications antérieures aux Éditions Contrechamps – des entretiens avec Allen Edwards, Charles Rosen et Heinz Holliger d’une part, un choix d’écrits du compositeur d’autre part –, il manquait une présentation générale et détaillée d’un parcours compositionnel qui est l’un des plus remarquables de l’après-guerre.

2L’étude de Max Noubel vise à dégager les conceptions musicales du compositeur et à éclairer chacune des œuvres dans la logique de leur développement chronologique. Aux informations données sur l’homme, importantes au début de l’ouvrage pour les années de formation, se substituent progressivement la présentation et l’analyse des œuvres, celles des fondements mêmes du langage musical, et une réflexion plus globale sur l’esthétique cartérienne. L’élément biographique, chez le compositeur américain, est progressivement absorbé par les compositions.

3On sait que Carter s’est détourné à la fois du néo-classicisme et du populisme américain qui ont dominé les années d’avant guerre, pour élaborer un style musical original, un style « durable » comme il le dit lui-même, avec une exigence comparable à celle des jeunes compositeurs de Darmstadt, mais dans une tout autre optique. Cet engagement initial, cette spéculation engagée loin des effets immédiats de sa musique, Carter les a poursuivis avec une ténacité et une force d’invention jamais démenties. Sa trajectoire est exemplaire. L’œuvre de Carter se dresse ainsi dans le paysage musical de la deuxième moitié du siècle comme l’une des plus riches et des plus fortes ; si elle ne déploie pas une séduction immédiate, en vertu même des choix faits au départ, elle se situe à un tel niveau de profondeur que l’on peut parier sur l’éclat toujours plus grand qu’elle acquérra à coup sûr dans les temps futurs.

4C’est le mérite de Max Noubel d’avoir reconstitué ce parcours de l’intérieur, et de faciliter par là son approche. Je tiens à remercier Pierre Boulez de nous avoir accordé, en guise de préface, un entretien sur un compositeur qu’il a été l’un des premiers à faire connaître en France : hommage d’un compositeur et d’un interprète pour qui Carter demeure une source de réflexion et de stimulation. Je voudrais enfin remercier Elliott Carter pour sa disponibilité, son soutien et sa générosité dans la réalisation de ce livre.

© Éditions Contrechamps, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search