Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Bloqué

Texte intégral

1Quand j’ai accepté de donner des cours de composition à l’Académie des arts de Berlin, je l’ai fait en espérant donner une impulsion et transmettre des connaissances à des étudiants jeunes, capables de s’enthousiasmer et ouverts à une pensée musicale novatrice et à de nouveaux chemins dans la composition. Je n’avais nullement l’intention – ce dont nul ne s’étonnera, pour peu qu’il connaisse mes compositions et ma pensée – de donner des cours académiques suivant les rails et les schémas de pensée bien connus. Ce qui m’a incité à accepter cette offre de cours a plutôt été l’intention de transmettre et d’aider à développer la créativité, la fantaisie créatrice, l’imagination à l’égard de l’espace sonore et la sensibilité pour la qualité du son. Mon énergie intérieure et ma volonté de contribuer, par ces leçons, à un élargissement de l’horizon de la pensée compositionnelle actuelle, mais aussi, et par là même, à la culture musicale, étaient fortes.

2Dans les conditions où il me faut assurer ces cours, je suis contraint de noter, à ma grande consternation, que mon énergie, mes intentions et mes efforts pour enseigner à l’Académie des arts sont totalement mis à mal. Cela tient à l’organisation des cours, mais aussi à leur contenu.

3Du point de vue de l’organisation, il y a une incertitude et un manque de clarté : on ne sait pas si un cours a lieu tel ou tel jour. Ainsi, lorsque j’ai demandé si les cours avaient lieu pour l’Ascension, on m’a d’abord donné une réponse négative, puis une réponse positive. Ensuite, le 12 mai, quand j’ai voulu donner mon cours à l’Académie, j’ai trouvé portes closes. Le lendemain, le vendredi 13 mai, deux étudiants s’y trouvaient tout de même ; mais eux aussi étaient surpris qu’il y ait cours, parce qu’il n’y avait aucune affiche. Depuis, la même imprécision affecte toutes les dates qui avaient été convenues, jusqu’au mois de juin inclus. Et du côté de l’Académie des arts, je ne peux malheureusement pas relever de volonté claire de remédier à cet état de fait.

4Mais au-delà de ce désordre dans l’organisation, je suis consterné par la pétrification qui a plongé dans un état de torpeur la pensée sur la musique, l’enseignement musical – notamment les cours de composition (à quelques exceptions près, Dieter Schnebel par exemple) – ou encore les méthodes d’enseignement. Cette étroitesse de la pensée musicale détermine l’attitude des étudiants et restreint de manière insupportable mon champ de manœuvre. Il est indispensable pour mon enseignement qu’il y ait au moins une attente positive et quelques connaissances sur la signification de l’espace pour la composition, sur l’électronique et sur l’informatique. L’expérience montre que ce n’est pas le cas, sinon dans une mesure totalement insuffisante.

5Ces deux éléments négatifs pèsent d’un tel poids qu’ils ont bloqué mon envie de transmettre d’une manière aussi intense qu’efficace une pensée compositionnelle aux étudiants. Il est regrettable que ce syndrome fait de traditionalisme, de pétrification, de désorganisation et d’inefficacité se rencontre dans une ville et une institution à la tradition ancienne et significative. On se demande si des hommes comme Busoni, Schoenberg, Klemperer et Kestenberg ont vraiment vécu et travaillé ici. C’est cette grande tradition qui m’avait amené à donner mon accord pour venir à Berlin, alors que j’ai refusé des offres de cours qu’on me faisait à Milan et ailleurs.

6Je n’ai donc pas d’autre choix que de mettre un terme immédiat à mon activité d’enseignant à l’Académie des arts. Je le fais avec un grand regret, mais je ne vois pas d’autre moyen. J’espère malgré tout que Berlin retrouvera son rôle ancien et important pour la formation artistique et musicale. J’abandonne mon activité sans demander de rémunération pour les cours que j’ai dispensés jusqu’ici. La promesse qui m’a été faite de jouer cet automne les œuvres de quatre jeunes élèves en composition devrait être tenue. Je concevais ce concert comme un premier pas sur le chemin permettant de donner à de jeunes élèves en composition, plus tôt que ce qui se pratiquait jusqu’alors, la possibilité d’entendre leurs propres compositions.

7Date : 1988.

8Source : « Blockiert », in MusikTexte, Zeitschrift für Neue Musik, 1988, n° 25, p. 51.

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search