Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Le « Non » de Luigi Nono au référendum sur la justice1

Texte intégral

  • 1 [En réaction aux problèmes de la Justice italienne, à l’initiative du Partito radicale (Parti radi (...)

1Cher Directeur,

2Je ne voudrais pas, par cette intervention, expliquer les raisons de mon « Non » au référendum sur la justice, ou taire mon abstention, car je serai à l’étranger le jour du vote. Je me reconnais dans l’appel publié le 13 octobre sur La repubblica et dans les nombreuses prises de position ultérieures, variées et articulées. Le caractère d’intimidation de cette initiative référendaire me semble évident, tout comme est évident le grand danger que comporterait le vide normatif qui résulterait de la victoire du « Oui ». Que des forces politiques au gouvernement depuis toujours se fassent les promoteurs du référendum est déjà grave en soi. Et que ce référendum porte sur un sujet que ces forces auraient dû affronter et réformer depuis des années est extrêmement grave. C’est une raison de s’abstenir. Mais ce qui est absolument inconcevable, c’est que ces forces nous reviennent aujourd’hui miraculeusement aliénées par des réformistes futuribles. Bien sûr, le PCI avait proposé une réforme : la bataille reposait sur un authentique mouvement populaire. Voilà pourquoi c’est « Non ». Comprenne qui a intérêt à le comprendre : c’est ma réflexion – choix douloureux, non neutre, et qui n’est pas le fait d’un artiste spectateur du drame. Parce que je crois qu’il s’agit désormais d’un drame, précisément. Du drame des partis politiques (et aussi de mon parti, le PCI), qui ne réussissent plus ou qui peinent à développer leur fonction fondamentale et élémentaire, celle qui légitime leur existence : construire des points de repère relativement sûrs pour les orientations culturelles et politiques du pays, en les renouvelant selon les transformations réelles de la société. On oublie souvent, je le crains, une « évidence » fondamentale : un État comme le nôtre, qui est un système de partis, ne peut être gouverné que dans la mesure où ces partis n’abdiquent pas devant leur propre responsabilité d’orientation et de direction, de réception problématique et réelle d’impulsions et de transformations, et non de contraintes. S’ils se transforment en un appareil pléthorique purement bureaucratico-administratif, dominé par des opportunismes sans cesse changeants – voir les conséquences, à la Biennale de Venise, les suspensions incessantes, les reports et les retards, jusqu’à l’immobilisme par rapport aux choix, aux initiatives et aux programmes culturels bloqués par les changements d’administration –, c’est leur légitimité même qui en pâtit et qui est mise en doute. Avec des conséquences qu’il est trop facile d’imaginer. Croyons-nous que l’explosion des autonomismes et des corporatismes dans tous les secteurs de la vie économique et culturelle n’a rien à voir avec tout cela ? Croyons-nous que les développements ultérieurs des différents « Cobas » n’ont rien à voir avec les spectacles référendaires de ce genre ? Si les partis ne découvrent pas le chemin de la responsabilité, quel risque courons-nous ?

3Date : 1987.

4Source : « Il No di Luigi Nono nel referendum sulla giustizia », in L’unità, 30 octobre 1987.

Notes

1 [En réaction aux problèmes de la Justice italienne, à l’initiative du Partito radicale (Parti radical), du Partito liberale italiano (Parti libéral italien) et du Partito socialista italiano (Parti socialiste italien), et avec le soutien de magistrats, deux référendums furent organisés le 8 novembre 1987 : ils portaient sur la responsabilité civile des magistrats, sur l’abrogation de certaines normes du système électoral du Conseil supérieur de la magistrature et sur la Commission d’enquête. Le résultat de ces deux référendums fut sans appel : 80 % et 85 % de « Oui ».]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search