Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

[Sans titre1]

Texte intégral

  • 1 [Nous ignorons la destination de ce texte, néanmoins retenu, car citant des noms essentiels au der (...)

11. Sa « vision rétrospective » me semble trop systématisante, selon des « modes » peu ou pas modulables, comme sa terminologie, sur le « glissement conceptuel ».

2Je l’invite à écouter, ou à lire autrement, et à vagabonder ouvertement à travers différents échos, résonances et « auras » (Walter Benjamin) possibles, entre Polifonica-Monodia-Ritmica (1951), Cori di Didone (1958), A floresta (1966), Al gran sole carico d’amore (1974), Fragmente-Stille, an Diotima [1980], Guai ai gelidi mostri (1983), A Carlo Scarpa architetto (1985) et A Pierre (1985), ou parmi d’autres chemins et d’autres écoutes possibles.

32. Les ouvertures abyssales et inquiétantes de l’intelligence de Massimo Cacciari m’ont surpris – esprit ouvert, d’autres gnoses, d’autres cieux et d’autres espaces, avec tant d’ouvertures inattendues et surprenantes du studio live electronics de Freiburg (après quinze années, tout autres, de travail dans le Studio de phonologie de la Rai de Milan).

4Pensées, science, nature et sentiments aujourd’hui, dans des perceptions humaines articulées et élargies, pour davantage de doutes inquiétants et d’interrogations, pour des transformations continues et sans fin, sans système. Et les doutes et les erreurs nous disent l’aujourd’hui.

53. Un soi-disant « classicisme » est propre à son impossible classicité.

  • 2 [ Malevitch (Kazimir), Le Miroir suprématiste, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1977 (exemplaire annoté à (...)

6Malevitch2, Duchamps, Klee, Burri et Beuys (quelques-uns seulement aujourd’hui dans le demain).

74. Pour moi : le texte est inspiration, fulguration, provocation, phonème et matériau acoustique, avec ses propres significations signifiantes (les textes et la voix de Giuseppe Ungaretti). Pourquoi pas : « affinités » électives (Goethe), et Ferré, Armani ou Yves Saint-Laurent. En écouter les imprévisibles vibrations ! (Pauvre « forme » ! ! !)

  • 3 [Nono s’est particulièrement intéressé à l’art d’Albrecht Dürer. Dans sa bibliothèque figurent not (...)
  • 4 [Voir les exemplaires annotés par Luigi Nono de Florenski (Pavel), Le porte regali (Milan, Adelphi (...)

85. Venise est un infini transit-transformation, imagination prismatique et changeante de cultures différentes : juive, orthodoxe, islamique, arménienne, flamande, espagnole, moyen-orientale, russe, française et anglo-saxonne. Et les hérétiques dissidents : vagabonds sur les océans de la pensée autre et dans la pluralité conflictuelle de différentes pratiques. (Et Berlinguer : intelligence novatrice.) Dürer3 et Giovanni Bellini, Bach et Vivaldi, Venise, Dresde et Leipzig, Monteverdi, et Munich, Willaert, les peintres russes d’icônes et le mont Athos, l’art comme mémoire, De Magia, les mondes infinis de Giordano Bruno, Le Tintoret, Vedova, Pollock et La Perspective inversée de Florenski4, et Friedrich Nietzsche, Rothko, Rilke jusqu’à Ezra Pound.

9C’est sans fin.

10Moi aussi, je tente, vagabondant, et j’entends, profondément, de manière inquiétante, surprenant d’impossibles classicismes dans l’autre, chez tant d’autres, qui vivent en moi.

  • 5 [Parmi ses dernières œuvres, Nono envisagea un projet (Post-Prae-Ludium « Stammheim ») autour de L (...)

11Machaut et Bellini, les silences résonants de Machu Picchu (Pérou) et le Verde que te quiero verde de Cuba, de Grenade, les crevasses du désarroi des icebergs, dans le Grand Nord du Groenland et Edgard Varèse, les voix de l’extase et de l’exaltation de la nature équatoriale ou sibérienne, de la Forêt noire, et les cathédrales gothiques, normandes, orthodoxes, chrétiennes et cisterciennes, dans les déserts palpitants de Rimbaud, d’Artaud, de Leopardi, de Celan, de Milosz, de Khlebnikov, de Jacopone da Todi, de saint Jean, de Rosa Luxemburg, de Louise Michel, de Meinhof5, de Hölderlin et de Gramsci.

12Tradition musicale italienne ?

13École vénitienne ?

14Culture allemande ?

15Si autre, mais si.

16J’entends mes limites, en espérant qu’elles se déplacent, qu’elles s’élargissent et qu’elles s’annulent.

17Quel autre ? Quoi ? (Et non comment !)

18D’où pour un autre où ? ? ?

19Date : 18 août 1987 (Venise).

20Source : manuscrit (ALN), inédit.

Notes

1 [Nous ignorons la destination de ce texte, néanmoins retenu, car citant des noms essentiels au dernier Nono.]

2 [ Malevitch (Kazimir), Le Miroir suprématiste, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1977 (exemplaire annoté à l’ALN).]

3 [Nono s’est particulièrement intéressé à l’art d’Albrecht Dürer. Dans sa bibliothèque figurent notamment Schriftlicher Nachlass, vol. I (Berlin, Deutscher Verein für Kunstwissenschaft, 1969), Die drei grossen Bücher (Dortmund, Harenberg, 1979) et Schriften und Briefe (Berlin, DEB, 1984) – et aussi Panofsky (Erwin), La vita e le opere di Albrecht Dürer, Milan, Feltrinelli, 1983 (exemplaire annoté à l’ALN).]

4 [Voir les exemplaires annotés par Luigi Nono de Florenski (Pavel), Le porte regali (Milan, Adelphi, 1977) et La prospettiva rovesciata (Rome, Casa del libro, 1983).]

5 [Parmi ses dernières œuvres, Nono envisagea un projet (Post-Prae-Ludium « Stammheim ») autour de Leopardi et d’Ulrike Meinhof. Nono avait notamment annoté le livre de Pieter Bakker Schut, Stammheim, der Prozess gegen die Rote Armee Fraktion (Kiel, Neuer Malik Verlag, 1986), que lui avait dédicacé Helmut Lachenmann, et les Canti de Giacomo Leopardi (Bologne, Zanichelli, 1951). Dans sa bibliothèque, se trouvait en outre Bambule (Berlin, Wagenbach, 1983) et deux exemplaires du livre d’Ulrike Meinhof, Die Würde des Menschen ist antastbar (Berlin, Wagenbach, 1980 et 1982), acquis à Freiburg en 1983 et à Berlin en 1986.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search