Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Présentation

Texte intégral

1Temps et nécessité d’information.

2Plus que neuve, autre et différente. Innovante mise en relation de la transformation continue, des souvenirs continus, des transgressions urgentes et des silences à écouter en les renouvelant.

3Vitesse de programmation non mécanisée, mais avec une autre imagination, d’autres savoirs et une autre science, de réalisation et d’intervention changeant en temps réel.

4Une troisième révolution technologique en acte depuis des années, comme Berlinguer non seulement le rappelait souvent, mais y incitait aussi, pour pouvoir prendre en considération, analyser et connaître la société et l’homme, dans les différentes conditions novatrices et dans les conséquences pour l’étude, y compris la plus solitaire, pour l’organisation et pour la préparation absolument nécessaire et autre d’une société qui devient continuellement autre.

5Voyage, transmission et rapidité de l’information, comme De Benedetti de la Olivetti d’Ivrea donne l’information sereinement, en soulignant les modifications substantielles et profondes qui se produisent dans notre société (étude, recherche, nouveau professionnalisme, organisation de l’étude et transformations infinies du savoir et de la pensée autrement créatrice).

6Franco Fabbri y contribue par son incitation continue (non « simple information »), spécialisée et succincte, à penser (non mise à jour pratique et consumériste) autant que possible, jusqu’à bouleverser l’imagination et la créativité de nos temps désormais multiples et de nos espaces infinis.

7Créativité musicale pour d’autres pensées musicales novatrices, et non pour de faciles appropriations de nouveaux moyens, souvent dictés par la consommation d’un nouveau marché productif envahissant – c’est logique – américano-japonais, des instruments-appareils à bas prix, limités, simplifiés et simplificateurs. Des instruments qui font illusion pour des « voyages interplanétaires » musicaux, même s’ils introduisent, dans la pratique et dans l’écoute, des signaux acoustiques d’un autre type par rapport aux conventions répétitives de l’« habitude ».

8Mais Fabbri, à propos de la 4X de Peppino Di Giugno (Ircam, Paris), met en évidence les difficultés « non par rapport aux limites de la machine, mais par rapport à ses manques », et la « masse d’étude et d’autres connaissances nécessaires ».

9Résultat : non des portes, des murs et des limites, mais des portes ouvertes à de nouvelles pensées, à une nouvelle créativité et à de nouveaux sentiments – à une nouvelle information.

10Et Fabbri touche avec une extrême rigueur au problème de base de l’informatique et de l’actuelle musique assistée par ordinateur.

11Simple mise à jour technique et instrumentale ?

12Ou nécessité d’autres études expérimentales et d’autres recherches dans et à travers les différentes disciplines constitutives de cette nouvelle connaissance de création-travail, connaissance mise à notre disposition par nous et pour nous ?

13Rapide intégration dans le conventionnel habituel et « régnant », formel et linguistique, pour peut-être exaspérer la violence des dB, véritable pollution acoustico-ambiante, portant profondément atteinte à la perception physiologique de l’organe et de l’intelligence auditive ?

14Ou enfin, élargissement de l’étude (longueurs anticonsuméristes et anti-mercantilistes nécessaires) et possibilité de nouveaux horizons infinis pour surprendre des surprises, pour écouter et faire écouter ce qui, jusqu’à aujourd’hui, n’avait pas été entendu ou avait été considéré (par qui ?) comme non audible ?

15Un exemple : le dépassement de ce qui apparaît désormais comme l’esclavage des systèmes tonals, chromatiques et diatoniques, et l’élargissement au-delà des micro-intervalles de 1 Hz : une culture ancienne, millénaire (hébraïque, perse, indienne, rituelle ou non, chants gitans d’Andalousie, chants roumains de Noël, recueillis et étudiés par Bartók, jusqu’aux tentatives de pianos au-delà du chromatisme, au-delà des quarts, des huitièmes et des seizièmes de ton), autrement dit une culture ancienne et toujours actuelle, mais maintenue en marge par la musique officielle, laquelle dépend passivement des différents pouvoirs culturels monolithiques.

16Un élargissement de la potentialité réelle de l’ouïe, souvent trop limitée ou autolimitée par des habitudes et des catégories « esthétiques » traditionnelles (son-bruit), et par une passive lenteur par rapport à l’accélération continue de la capacité visuelle.

17En lisant, mieux en étudiant ce texte (« simple » et pas toujours simple) et en ayant recours aux renvois, aux sollicitations et aux invitations variés, que Franco Fabbri y sème de manière répétée, ces interrogations, et d’autres encore, sont parfaitement lisibles entre les lignes, sinon dans les lignes de Fabbri. La lecture journalistique superficielle, qui nivelle et tend au respect « absolutisant » de l’étude, ne vaut rien ici : la véritable étude comme hier, comme aujourd’hui et comme demain. Étude, temps et réflexion pour de nouveaux abysses et de nouveaux cieux du savoir, de l’écoute, de l’imagination et des stupeurs inattendues, imprévues et « in-actuelles ».

18Ce texte est d’une grande conscience dans sa contribution à la problématique actuelle, et pas seulement à la nécessaire information.

19Et pour moi, l’un des mérites remarquables de son texte, c’est son étude continue et la transformation de son incessante « aventure », des Stormy Six à demain.

20Toujours ouvert et attentif à l’écoute, non seulement des possibilités novatrices, mais aussi de la contribution aux pensées musicales novatrices, sur les différents sentiers de la musique.

21Étude, approfondissement et expérimentation. Et peut-être alors une autre musique, nouvelle, d’autres actes de penser. Jusqu’à de nouveaux espaces, de nouvelles organisations et de nouvelles initiatives (savoirs) culturelles et sociales, jusqu’au dépassement de la pratique, pour moi, tout à fait démagogique aujourd’hui, périmée historiquement et surtout comme « valeur » de la masse quantitative.

22Nous vivons une nouvelle époque (la troisième révolution technologique), une nouvelle histoire, de nouvelles urgences, une nouvelle préparation, de nouvelles responsabilités (individuelles ou non), de nouveaux savoirs (initialement réservés à quelques-uns) et de nouvelles découvertes : mais une époque ô combien limitée ou tendant à limiter, jusqu’à la volonté ou la passivité totale de conservation dans la banalité quotidienne du « sûr » et du « garanti » du marché, des chaînes et des mass media (Rai-TV exemplaire), tous
contre l’innovation,
contre le développement des savoirs expérimentaux,
contre les airs, les vents, les tempêtes et les « catastrophes mentales ».

23Airs, vents, tempêtes et « catastrophes mentales » qui portent la possible continuité discontinue de notre vie.

24Date : 1984.

25Source : « Presentazione », in Fabbri (Franco), Elettronica e musica, gli strumenti, i personaggi, la storia, Milan, Fabbri, 1984.

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search