Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Trois jours à Santiago1

Texte intégral

  • 1 [Le texte de Nono est précédé d’une introduction de la rédaction : « “Au Chili, j’ai vu naître une (...)

1Santiago (décembre). Le Congrès national des artistes et des travailleurs de la culture, qui s’est déroulé près de Santiago du 8 au 11 décembre, a été un acte culturel d’une profonde originalité. Un acte culturel d’opposition ouverte, et d’une signification novatrice, pour les problèmes aigus et articulés de la création et de l’organisation, des problèmes ouvertement affrontés sans positions a priori, et une stimulation unifiante et résolument propulsive dans la lutte contre la dictature. Une rencontre animée et sereine, préparée et organisée, avec une participation volontaire remarquable, entre les difficultés et les risques manifestes ou non.

2À l’initiative du Coordinador cultural, organisme autogéré de participation unitaire, créé en janvier de cette année à Santiago, des institutions culturelles et des personnalités artistiques et universitaires se sont autoconvoquées pour discuter de la condition des droits de l’homme dans le secteur artistique, pour analyser l’organisation de la culture et la créativité artistique que la dictature a marginalisées, et pour reprendre l’initiative dans le rapport entre art et peuple en lutte.

3Cela, au moment où le modèle, économique et global (désastre complet, pesant et tragique), imposé par la dictature, est en crise. En crise, parce que ce qui éclate ouvertement, début 1983, c’est le mouvement d’opposition de masse, articulé et unifiant, ce sont les organisations syndicales avec de jeunes et nouveaux dirigeants, et des forces politiques, jusqu’alors silencieuses et réprimées, mais toujours vives et actives, même dans la clandestinité. La volonté chilienne, subjective et originale, d’autodéfense contre la dictature et de transformation reprend alors l’initiative. Cette volonté de liberté concrète qui secoue l’Amérique latine de différentes manières.

4Commencent une nouvelle « culture non officielle et un mouvement artistique chilien important, surgi en marge du système répressif, et fortement animé par la résistance et la lutte contre la dictature – comme l’a dit sereinement Jorge Narváez, membre exécutif du Coordinador et assistant à la Faculté de philosophie de l’Université catholique, à l’occasion de son discours d’ouverture du congrès –, une culture non officielle qui se répand à partir des espaces que le peuple a réussi à maintenir, à défendre et à élargir, ces dix dernières années. Une culture qui, aujourd’hui, dans sa grande lutte politique et sociale contre la dictature, reconquiert les places et les rues, reconquiert les murs et se renforce en devenant protagoniste voire organisatrice de la vie nationale ».

5L’impulsion est très forte et augmente de plus en plus en profondeur. Elle comprend les universités, avec des tendances et des propositions d’autogouvernement.

6Autogestion, autoconvocation, autodéfense, autogouvernement, participation, groupes de travail et propositions de la base, autopoder, autonomie du mouvement populaire, être mouvement, apertura de spacios, confrontation directe du peuple à l’offensive, expériences qui renouvellent le savoir, nécessités premières qui créent des organismes, erreurs et apprentissages de pair avec l’innovation, la répression plus forte, l’exercice continu de la critique et les dépassements de l’autocensure.

7C’est plus qu’une grande et passionnante espérance.

  • 2 [En 1982, Nono avait dédié aux « desaparecidos en Argentina » ¿ Dónde estás, hermano ?]

8Je le tiens de différentes conversations, d’écoutes attentives et de rencontres vraiment émouvantes, du développement qualitatif et quantitatif du congrès, et de la vuelta de la sonrisa. Ni utopie, ni irréalité, ni charme isolé, même si l’esprit chilien, pratique et inédit, « charme » vraiment. Pendant le congrès revivaient les milliers d’assassinés et de torturés par la junte militaire et la police secrète, les desaparecidos – par milliers ; les bulletins mensuels de l’Agrupación nacional de familiares de detenidos desaparecidos donne les noms et les prénoms, les villes et les années d’arrestation, de 1974 à aujourd’hui, appuient les démonstrations par de nombreux portraits et l’accusation directe : ¿ DÓNDE ESTÁN2 ?, dénoncent les prisons secrètes consacrées à la torture et à l’assassinat, et demandent la dissolution de la CNI, la police secrète.

9Dans le respect ému et dans la mémoire historique, ce sang chilien continue de rendre nécessaire le changement en libérant le Chili de la criminalité organisée par la junte militaire, qui a envahi le pays.

10L’ouverture du congrès a eu lieu en présence de sept cents Chiliens, de personnalités culturelles et politiques prestigieuses et animées de la volonté manifeste de participer à cet acte. Ce fut une grande « surprise », y compris pour les organisateurs, comme les adhésions vraiment importantes venues d’Europe, des États-Unis et d’Amérique latine, par amour du Chili.

  • 3 [Parti communiste chilien.]
  • 4 [Sergio Ortega (1938-2003), représentant de la nouvelle chanson chilienne, composa opéras, cantate (...)

11Étaient notamment présents le secrétaire exécutif de la Commission des droits de l’homme Gonzalo Taborga, socialiste, Monica Ceverria, directrice du Centre culturel Mapocho, Anna Gonzales, grande actrice chilienne, Jorge Lavanderos et Alberto Jerez, tous deux ex-sénateurs de la DC, Manuel Almeida, socialiste, président du mouvement démocratique populaire, Lillia Santos, chanteuse qui perpétue la tradition de Violeta Parra, Raúl Zurita et Enrique Lihn, tous deux jeunes poètes, Claudio di Girolamo, directeur du théâtre Ictus, Patricio Hales du PCC3, Jorge Olave, membre exécutif du Coordinador, Sergio Ortega, revenu au Chili après dix ans d’exil, compositeur très connu et aimé4, Cirillo Villa, compositeur de Santiago, et les peintres Brugnoli et Errázuriz.

12L’inauguration eut lieu au siège du syndicat des ouvriers de Goodyear – fait significatif : ce syndicat organisa en 1977 la première grève « légale » de longue durée ; commença ce que les Chiliens appellent l’abertura de espacios, la conquête d’espaces. Et des grèves d’alors, des manifestations et des oppositions violentes avec des blessés et des dizaines d’assassinats par la police, jusqu’à la grande manifestation du parc O’Higgins, le 18 octobre 1983.

13Le congrès a continué dans la maison d’études « San Ignazio Loyola », fondée par le père Hurtado considéré comme le premier prêtre jésuite progressiste de l’Église chilienne (1901-1952), et qui fonda aussi la revue Mensaje : dans le numéro 325 de décembre de cette année, la revue a imprimé une violente dénonciation de la police secrète.

14Les séances, plénières ou par commissions, vraiment passionnantes. Des Chiliens du Sud et du Nord se rencontraient pour la première fois, échangeaient leurs expériences souvent inédites et communiquaient entre eux d’une manière nouvelle, analytique et problématique. Et souvent, l’autodéfense, l’autogestion, l’expérimentation d’autres possibilités de création et d’organisation, la nouvelle maturation, la nouvelle réflexion et les nouvelles critiques politiques, y compris à l’encontre des partis, s’unifiaient : une nouvelle potentialité pour un réel projet de libération, des moyens et des structures nouvelles à développer, des connaissances, des expériences et des savoirs à approfondir, en somme une vraie « créativité de participation ».

  • Analyses des dix années de dictature.
  • Informations sur différentes expériences.
  • Possibilité de les coordonner en en préservant l’autonomie et l’originalité.
  • Prises de position particulières contre la censure et contre la marginalisation, en faveur d’une réelle culture opérationnelle.
  • Le refus du sectarisme et du dogmatisme.
  • Problèmes pour un nouveau langage théorico-pratique de communication.

15Pendant le congrès, il y a eu une rencontre de quatre heures avec des musiciens chiliens de différentes villes. Sergio Ortega revenait pour la première fois au Chili en proposant de nouvelles expériences. Pour nous tous, cette rencontre d’information et de proposition fut extrêmement intense et très ouverte, du folklore à l’ordinateur.

  • 5 [Hortensia Allende (1914), veuve de Savador Allende ; Manuel Bustos (1943-1999), président de la C (...)

16Une rencontre émouvante, l’occasion de faire connaissance avec Edoardo Valencia, communiste, électrotechnicien de vingt-neuf ans. La revue catholique Analysis, dans son numéro 70 de décembre, le cite comme l’un des vingt et un principaux opposants de l’année, avec Manuel Almeida, Hortensia Allende, Manuel Bustos, Radomiro Tomic, le cardinal Raúl Silva Henríquez et Gabriel Valdes, président de la DC5.

17Le bulletin international d’information de la Commission chilienne des droits de l’homme d’octobre 1983 consacre deux pages à Tomas de Tierras et à l’occupation des terres (le manque de maisons heurtant toute sensibilité humaine), en s’attardant sur l’occupation des terres du 22 septembre « Monsignor Fresno », le nouvel archevêque de Santiago. Edoardo Valencia, du Coordinador metropolitano de poblaciones, participe à ce mouvement d’occupation.

18Valencia a un visage souriant, souvent surpris – la surprise est une nouvelle caractéristique du Chili –, avec des yeux mobiles et aigus, avec cette fameuse vuelta de la sonrisa, incitant à la pratique, à l’expérience de l’apprentissage du nouveau et à l’émotion qu’il voudrait pouvoir transmettre à tous les camarades.

19« On occupe la terre dans la zone Sud de Santiago – c’est Valencia qui parle – avec 2000 familles (à peu près 8000 personnes) qui n’ont pas de maison, on construit un campement avec des cartons, avec du plastique et avec des tables. Puis on construit avec du bois. Le “campement” est appelé “Monsignor Fresno”, comme auparavant une autre occupation des terres avait été appelée “Cardinal Silva Henríquez”. C’est la première fois sous Pinochet qu’ont lieu des occupations de terres d’une telle importance. Monseigneur Fresno est venu, a parlé à tous, y compris à Valencia, et s’est occupé d’intervenir auprès du gouvernement. Il a cru à la participation et à la solidarité des médecins, des architectes et des ingénieurs, qui sont venus pour aider à consolider le “campement” et pour garantir l’existence et la nourriture. Des autodéfenses et des autogestions se sont créées. Le soir du 19, les carabiniers et la police en civil arrivèrent, et ce fut la “bataille du camp”. L’autodéfense s’organisa selon une technique tactique dite de Lautaro – tradition ancienne : on attaque à partir de différents points en ondes successives, et si les carabiniers entourent un groupe, il est entouré à son tour, dans son dos. La paroisse est transformée en hôpital pour les blessés, le campement résiste et existe encore. » Chaque problème, Edoardo le discute en assemblée : il appartient souvent à l’assemblée de décider en découvrant et en pratiquant l’autonomie décisionnelle directe.

20Les émotions et les réflexions qui font vibrer l’électrotechnicien Edoardo Valencia, nouveau dirigeant ; les émotions, mais pas seulement, des nouvelles communautés « Cardinal Silva Henríquez » et « Monsignor Fresno » ; les émotions et les nouvelles pensées du congrès et des continuelles rencontres, conversations, questions et discussions ; l’émotion qui me saisit lors de ma brève rencontre avec le cardinal Silva Henríquez dans sa maison – pour lui manifester mon plus grand respect et ma plus profonde admiration pour son témoignage et pour sa défense permanente de la civilisation chilienne ; l’émotion qui caractérisa ma brève intervention au congrès (l’insistance sur le potentiel articulé, pour une réponse-proposition inédite, créatrice, culturelle et politique, actuellement en lutte et qui purifiera tout le Chili) ; l’impulsion pleine d’émotions qui, au Nicaragua, en Argentine ou au Pérou, renforce chaque Chilien, dans sa patrie ou en exil ; la sensation pleine d’émotions d’une Santiago tranquille en apparence, presque touristique, mais profondément et intimement secouée par les desaparecidos, par les tortures, par la misère et par la faim ; l’émotion critique de la Moneda, siège du triste gouvernement, et la voix inoubliable de Salvador Allende ; l’émotion du souvenir-présence de Victor Jara, d’Isodoro Carrillo (dirigeant syndical ouvrier de Lota et Coronel) et de Miguel Enriquez : tant d’émotions abyssales, de réflexions et de nouveaux raisonnements, comme des ondes violentes et souriantes de lutte et de volonté pour une vie nouvelle, tant et plus d’émotions dans le Chili en lutte contre la froideur « prussienne » et « panaméenne » soldatesque et la systématicité de ceux qui la manœuvrent et qui manœuvrent ses finances et ses politiques, à l’intérieur et à l’étranger.

21L’impact est immédiat : les yeux de ceux qui racontent et discutent, qui chantent et écoutent, et qui embrassent, les mains ouvertes et tendues, les amis et les camarades, prêts à tout, et même à une « lutte difficile », pour participer et pour faire comprendre ce qu’il y a de surprenant dans le Chili d’aujourd’hui, et quelles surprises inédites nous réserve ce Chili original qui transformera le futur.

22Date : 1984.

23Source : « Tre giorni a Santiago », in L’unità, 3 janvier 1984.

Notes

1 [Le texte de Nono est précédé d’une introduction de la rédaction : « “Au Chili, j’ai vu naître une nouvelle culture non officielle, d’un mouvement artistique important : surgi en marge du système répressif, il est en train de conquérir les routes et les places” : le musicien italien a participé au Congrès national des artistes travailleurs de la culture. Et il raconte pourquoi cette expérience a été pleine d’émotions ».]

2 [En 1982, Nono avait dédié aux « desaparecidos en Argentina » ¿ Dónde estás, hermano ?]

3 [Parti communiste chilien.]

4 [Sergio Ortega (1938-2003), représentant de la nouvelle chanson chilienne, composa opéras, cantates et musiques de film, mais aussi El pueblo unido et Venceremos, chansons du temps de l’Unité populaire.]

5 [Hortensia Allende (1914), veuve de Savador Allende ; Manuel Bustos (1943-1999), président de la Coordination nationale syndicale (CNS) ; Radomiro Tomic (1914-1992), cofondateur de la Phalange nationale, candidat du Mapu aux élections présidentielles de 1970 ; le cardinal Raúl Silva Henríquez (1907-1999), défenseur des droits de l’homme sous la dictature de Pinochet ; Gabriel Valdes (1919), ministre des Affaires étrangères (1964-1970), Président de la Démocratie chrétienne (1982-1987) et Président du Sénat (1990-1996).]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search