Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Salut aux travailleurs de la culture du Chili

Texte intégral

  • 1 [Allusion au coup d’État dirigé par le général Pinochet, le 11 septembre 1973.]

1Je voudrais faire référence à la nécessité urgente de refléter tout ce qui est nouveau. Parler de la participation constructive. Parler de la base. Parler des transformations. Parler de l’invention de nouvelles formules. Parler d’une meilleure connaissance et de la transformation de la société actuelle. Parler de la créativité dans tout son spectre, parce que cela n’a aucun sens de diviser entre savant et populaire. Parler de la nécessité de produire, à tout propos, une connaissance des temps nouveaux que nous vivons aujourd’hui. L’Amérique latine est différente ; l’Argentine, le Pérou, le Nicaragua et la Barbade, tous sont différents ; le monde entier est différent. Là où il y a une pensée, une pratique et une découverte incessante, de nouvelles possibilités pour l’homme, faites pour l’homme ; là où il y a une possibilité de transformer réellement ce que beaucoup ne veulent pas transformer. Il ne s’agit pas seulement de défendre la paix, même si le monde est en guerre. Vous avez été envahis, quand le Palais de la Moneda fut pris d’assaut1. Je crois que la nécessité fondamentale pour vous, Chiliens, c’est d’inventer une orientation originale, chilienne. De nouveaux chemins. Non de nouvelles formules, mais de nouvelles possibilités de vie, non seulement pour épurer le Chili de tous les criminels qui s’y trouvent, mais pour donner réellement une nouvelle orientation à tout le pays. Au moment du triomphe de l’Unité populaire, tout le monde a été surpris. En 1973, nous avons presque tous été émus, et nous continuons à l’être. C’est une époque qu’il est nécessaire de garder toujours présente à l’esprit. Mais vous avez aussi besoin de savoir que ce qui est positif pour vous est aujourd’hui beaucoup plus important que ce que vous avez perdu. Aujourd’hui, il est beaucoup plus important pour vous d’inventer, de créer et de déterminer une orientation totalement inédite. De vous surprendre vous-mêmes, comme vous êtes surpris par le succès de ce congrès. Surpris parce que vous vous rencontrez pour la première fois et que vous dialoguez entre vous. Vous découvrez de nouveaux problèmes transcendants et importants. Jorge Narváez posait le problème des nouvelles mesures qu’il faut proposer, et non imposer. Que ce soit l’expérience vivante ou la participation, qui déterminent les nouvelles possibilités d’organisation. La spontanéité est importante, surtout si l’on veut rompre avec les formules schématiques, avec les formules répétitives et avec les formules qui répondent à d’autres modèles et qui ne concernent en rien votre culture, vos traditions et votre géographie, dans cette Amérique latine au cœur du monde d’aujourd’hui. Jorge Narváez parlait aussi de la nécessité de la critique. Il est indispensable d’utiliser au maximum notre capacité à critiquer, mais aussi d’approfondir la connaissance analytique de la transformation de l’époque, de la réalité et de la société, laquelle nécessite un autre type de luttes, comme vous le découvrez actuellement, notamment à travers l’« occupation » des terres. Quand j’ai parlé avec quelques personnes qui avaient participé à cette occupation, elles m’ont dit : « Nous avons commis beaucoup d’erreurs, mais nous avons appris encore davantage. » Nous ne devrions pas avoir peur de commettre des erreurs, mais plutôt être animés d’un immense désir de connaissance.

2On a aussi parlé ici de la nécessité de surmonter l’autocensure qui vit en nous, et pas seulement chez vous, les Chiliens. Elle est présente quand l’audace de la pensée n’existe pas. Quand il n’y a pas d’audace dans la recherche, quand il n’y a pas d’audace dans la confrontation, quand on n’a pas l’audace d’innover, de nous interroger et d’interroger notre histoire, en partant du plus profond et du plus intime de nous-mêmes – ce qui ne signifie pas nécessairement l’isolement. L’isolement, c’est peut-être quand on se retrouve au cœur de la masse, entendue dans un sens traditionnel. La masse elle-même est articulée et la lutte doit être articulée, inventée sur le moment.

  • 2 [Movimento de izquierda revolucionária, Mouvement de la gauche révolutionnaire.]

3Un autre thème traité ici, et qui me semble important, c’est la participation. Je la vois comme une pratique qui ne tend pas seulement vers un point précis et systématique. C’est la pratique vivante qui offre une manière de voir pour penser autrement, et qui oblige à chercher une autre organisation. Je crois qu’aujourd’hui, le défi pour le Coordinador, c’est d’inventer, non des structures, ce qui est facile. Parce que ces structures peuvent facilement bloquer toute expérience nouvelle et tout nouveau besoin. Et parce que les jeunes, dans leur bon droit, le réclament, eux qui ne veulent plus supporter de nouveaux paternalismes et de nouveaux académismes, eux qui ne veulent plus supporter les romans que nous leur avons souvent racontés, eux qui ne veulent plus supporter les orientations qui ne sont jamais réalisées. À travers leurs propres analyses, leurs propres intérêts et leur propre intelligence, avec de nouvelles problématiques, les jeunes veulent participer à cette appropriation de l’espace, à cette appropriation de l’imagination, à cette appropriation de la liberté et à cette appropriation de la terre, de la mer et de l’habitat. Sans être limités par une certaine pratique de direction. Je crois que les partis politiques doivent s’adapter à la situation actuelle et à la transformation qui commence à voir le jour au Chili et dans le monde. Tous les partis, sans aucune exception. Je crois que notre terminologie a besoin d’être renouvelée. On ne peut pas offrir de nouveaux sentiments et de nouvelles pensées avec des mots schématiques, avec des formules usées, vides, et qui ne veulent rien dire. Je crois qu’il est urgent d’innover dans les symboles. On ne peut pas toujours garder le poing fermé. Je crois que vous, les Chiliens, vous avez aussi besoin de mains ouvertes, pour les offrir à tous. Quoiqu’en pensent les catholiques, les juifs, les athées, les ouvriers, les professeurs, les communistes, les socialistes ou le Mir2, pour vous unir dans toute votre diversité et pour épurer la population chilienne. Les mains ouvertes pour les amis que l’on ne connaît pas encore. Les mains ouvertes pour les amis que l’on peut rencontrer dans la rue, par hasard, ou que l’on voit pour la première fois.

4Votre tâche aujourd’hui est de trouver l’originalité du Chili. Une proposition d’organisation, pratique, indicative, culturelle, sociale et économique, pour l’épuration du Chili. Car le monde aussi, ou du moins une partie du monde, est prêt à accorder son aide, y compris financière et économique, pour permettre la construction d’un nouveau Chili. Pour contribuer à éliminer tout l’aspect désastreux de l’économie, des finances, de l’éthique, de la morale et de la vie.

5Vous, les Chiliens, vous êtes investis d’une lourde tâche, non seulement pour le Chili et les Chiliens, mais aussi pour l’Amérique latine, pour l’Europe, pour les États-Unis – tous ne sont pas comme Reagan, il y a des différences –, pour les pays d’Asie et pour l’Europe de l’Est. Cette tâche, c’est d’indiquer un nouveau chemin, avec de nouveaux compromis, de la créativité, de la politique et une culture nouvelle. Vous possédez une grande intelligence, vous avez un grand potentiel de forces. Vous anticipez davantage le moment de l’analyse, de l’information, de la réflexion, de la critique, nécessaire, de la projection expérimentale, ainsi que le nouveau mouvement de l’organisation politique.

  • 3 [Allusion à Ludwig Wittgenstein.]

6Un philosophe autrichien3, particulièrement important aujourd’hui dans le monde, définit cette ligne de pensée, quand il écrit : « Les limites de la rationalité, les catégories mentales, le type d’explication qu’on nous offre n’est pas suffisant pour expliquer ce qui se passe aujourd’hui dans le monde ». Certaines catégories mentales, sociales, sociologiques et scientifiques ne permettent pas d’obtenir une réponse satisfaisante. On a besoin d’une autre ligne de pensée, d’une autre façon d’agir, d’une autre organisation et d’autres structures. Je crois que vous affrontez cela de la manière la plus problématique, la plus ouverte, en sachant que le nouveau Chili sera plus fort s’il a plus d’apports, de forces, d’éléments et de diversité. Non uniques, non monolithiques, non uniformes, mais créatifs, expérimentaux et inventifs, à la recherche de davantage d’originalité. Chiliens, c’est en vous que se trouve la créativité originale du Chili.

7Date : décembre 1983.

8Source : « Saludo a los trabajadores de la cultura de Chile », in la del taller, février-mars 1985, p. 25-26 – déclaration de Luigi Nono à la Session plénière de clôture du Congrès national des artistes et des travailleurs de la culture, Chili, décembre 1983. Traduction de l’espagnol, Haraceli Hernandez.

Notes

1 [Allusion au coup d’État dirigé par le général Pinochet, le 11 septembre 1973.]

2 [Movimento de izquierda revolucionária, Mouvement de la gauche révolutionnaire.]

3 [Allusion à Ludwig Wittgenstein.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search