Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits

 | 
Luigi Nono

Si on apprenait à écouter1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cher Alberti,

Dès le Liebeslied (premier concert, première œuvre exécutée), j’ai été surpris par une double octave de la♭ dont la justesse était imprécise – une fausse note évidente du chœur.

J’ai pensé à un incident toujours possible. Mais dans les Canciones para Silvia, cet incident devint systématique. Les unissons des sept sopranos qui s’accumulaient à plusieurs voix, ou qui tournaient entre les voix, étaient différenciés par des micro-intervalles hasardeux, non contrôlés, et donc faux, créant un spectre harmonique étranger à la composition.

J’ai alors réfléchi, surpris par ces problèmes d’intonation : des difficultés possibles, mais déterminées par quoi ? Peut-être par trop peu de répétitions ? Ou par des répétitions où s’interposaient des musiques d’autres styles, pour lesquelles la spécificité stylistique, y compris technique, n’était pas au programme, c’est-à-dire peu ou mal soignée ?

Dans La terra e la compagna, les vingt-six solistes du chœur ont ensuite témoigné de ces problè...

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540