Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

[Programme pour un concert]

Texte intégral

1La diversité et la qualité des œuvres présentées sont la raison de ce programme.

2Aucun lien, aucune parenté délétère avec l’académisme banal, aucun assujettissement stupide, et surtout aucune continuité, pas même chez Bruno Maderna, inventeur passionné et inquiet. Mais la diversité jusqu’à la discontinuité des pensées et des pratiques musicales. Des pensées et des pratiques qui ne se laissent pas reconduire, dans leurs différents aspects, à un prisme unique. Et de possibles ruptures à découvrir, à inventer, avec d’autres, dans la mer ouverte de l’imagination, de la surprise et de l’élargissement libératoire de l’horizon humain.

3Sciarrino, Vacchi, Cappelli et Rihm – dont les œuvres sont ici données pour la première fois en France – se sont « choisis eux-mêmes » pour ce programme : leur « je dois composer » (et non l’artisanal « je peux composer ») cherche, exige et s’impose à l’écoute.

4L’écoute. Il ne s’agit pas de se référer, avec paresse et réaction, à des modèles usés, en utilisant la « rationalité » ou des « catégories » de cultures limitées, qui tendent à freiner et à s’opposer à de nouveaux savoirs, à une nouvelle intelligence et à de nouvelles propositions.

5Sciarrino, Vacchi, Cappelli, Rihm et Bruno Maderna tendent et prétendent être écoutés.

6Date : 1982.

7Source : manuscrit (ALN) – nous ignorons la destination exacte de ce texte.

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search