Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

À propos du questionnaire sur la musique contemporaine

Texte intégral

  • 1 [Voir ci-dessous.]

1Dans son n° 5 (octobre), Laboratorio musica a édité un questionnaire sur la musique contemporaine1 pour décider avec nos lecteurs de la manière de traiter des problèmes relatifs à cette question.

2Mieux, avec ceux qui participent à Laboratorio musica, instrument pour la connaissance critique de la musique dans sa diversité – une connaissance qui n’est pas l’apanage d’une rédaction plus ou moins éclairée.

3Instruments de ceux qui pratiquent, autrement, dans d’autres conditions et pour d’autres causes, la complexe croissance musicale italienne de masse. Pratique non réductible à une simple exigence plus ou moins déléguée, mais volonté déterminée de participation démocratique des individus et des groupes, en somme des sujets culturels et sociaux, non totalisants ni réductibles à un absolu totalisant, mais potentiel articulé et créateur, qui entend inventer de nouvelles perspectives culturelles et musicales, d’autres perspectives, plus larges, dans la nécessaire transformation sociale.

4Laboratorio musica réédite aujourd’hui ce questionnaire en sollicitant d’autres contributions.

5Il serait facile de décider comment, par des choix rédactionnels.

6Nous aurions déjà pu le faire. Mais nous avons choisi, y compris sur cette question, de mettre en pratique, précisément, la connaissance critique du multiple existant : non des formules à élargir, des formules inductives et didactiques en soi, mais une prise en compte, permettant de faire des propositions et d’établir des connexions possibles entre :

  • des déductions articulées sur la base des nouveaux besoins émergents de connaissance et de formation ;
  • des instruments d’analyse, d’information et de critique, qui dérivent de la pensée moderne ou qui innovent ;
  • des pratiques spécifiques du langage musical et de ses manifestations, à connaître dans leur autonomie, non dans la finalité vulgaire du « comment la musique exprime les idées2 » (ou de son contraire manichéen), mais dans les processus constitutifs et constituants de la pensée musicale, conçue comme un autre acte de connaissance critique, de choix de proposition, entre différentes possibilités, toujours à vérifier et à comparer, tout en fuyant les faciles schématismes idéologiques.

7Différentes pratiques novatrices, depuis des années, dans le panorama musical de notre pays, indiquent que l’information (sémiotique, recherches techniques spécifiques et développements d’une pensée musicale moderne) est plus vaste que ce que l’on croit.

8Information et utilisation variée. Parmi ces expériences, citons quelques exemples significatifs : les écoles populaires de musique, les méthodes d’enseignement de groupe, de Porena à Bertelli (pour des enfants de 6 à 12 ans), le chœur d’enfants de Prato avec Cappelli et les ensembles qui expérimentent de nouvelles techniques (Area, Stormy Six).

9Cela constitue un point de référence réel pour traiter les problèmes de la musique contemporaine, non fermés en soi, mais pour une autre connaissance approfondie, une autre vérification et un autre dépassement. Tout comme une écoute décloisonnée entre les « genres », surtout chez les jeunes, doit contribuer à un développement de la connaissance comparée. Des analyses spécifiques comparées, des procédés de recherche compositionnelle, du matériau à différentes pensées musicales, jusqu’à une organisation programmée plus variée.

10Quelques moments : Edgard Varèse et le rapport entre les cultures afro-américaine et européenne, jusqu’à Braxton ; les grandes possibilités de la voix humaine, à approfondir, dans le dépassement des codes historiques limités et dans l’étude, non pour en tirer des formules immédiates, mais pour comprendre l’intention de ses éléments, de la physiologie aux structurelles phonétiques, aux inflexions pratiques dans la formulation, dans l’articulation et dans la transformation du son, jusqu’à l’ordinateur, qui n’est pas une fin en soi ; les différentes pensées musicales, leur formation et leur processus, et non de superficiels schémas « formels ».

11Jusqu’à présent, les questionnaires remplis qui nous sont parvenus sont au nombre d’une trentaine. C’est peu. Je commence à les prendre en compte, en attendant les autres, bien plus nombreux, que nous espérons tous.

12À la question n° 1, tous répondent : « Oui », sauf un : « Peu ».

13À la question n° 2, quatre : « Toutes » ; quatre autres : « L’électronique » ; d’autres parlent du « dépassement à l’écoute des barrières » entre jazz, rock, musique classique et musique électronique ; certains précisent : « Free jazz et après Stravinsky », « Schoenberg, Webern, Berg, Dallapiccola et Braxton », « Bartók, Schoenberg, Varèse, Cage et Braxton », « L’après-Webern et l’après-Cage », « Reich, Nono et Xenakis », « Weill et Eisler », « Stockhausen, Berio et Maderna », « De Debussy à aujourd’hui », « De Schoenberg à Chostakovitch », « Glass et Reich », et : « Les recherches de Demetrio Stratos ».

14Luigi Leone, de Bernada (Matera), écrit, dans la lettre qu’il joint au questionnaire : « Je suis étudiant et je m’intéresse beaucoup à la musique sous toutes ses formes, pourvu qu’elle soit de la musique et qu’elle apporte quelque chose (émotions, implication, culture, enseignement, croissance). Dans le n° 4 de Laboratorio musica, vous avez commencé à traiter la question de la phonétique et vous avez écrit que vous accepteriez volontiers les questions et les suggestions des lecteurs. J’aurais aimé que vous décriviez des exercices, des pratiques et des techniques en rapport avec ce point très important, surtout pour “les organes phonatoires de la voix”. Seuls un groupe, Area, et un chanteur, ou mieux un vocaliste, Demetrio Stratos, ont su me toucher ».

15À la question n° 4, la quasi-totalité : « Chez moi » ; « Un peu au théâtre ou au concert ».

16À la question n° 5, la quasi-totalité : « Seul, attentivement » ; deux : « Comme fond sonore pendant que je fais autre chose » ; Mario Cortesi, de Luogo-Ravenna : « 98 % mal, 2 % bien », et il ajoute dans sa lettre : « Je ne suis pas enseignant, je suis paysan et je n’ai pas une culture exceptionnelle. Depuis peu, je m’intéresse à la musique contemporaine, mais ce qui me laisse perplexe, c’est l’insuffisance de rapports entre cette musique et les gens. Je suis autodidacte et ici, à Lugo, beaucoup de choses manquent ».

17(Lorsque nous aurons reçu d’autres réponses, il nous faudra traiter le vaste problème de l’écoute, de la jouissance de la consommation de la musique, de ses différents conditionnements, comme des intentions et des modalités d’aujourd’hui.) À la question n° 6, tous répondent en chœur : « Analyses, discussions des différents problèmes, mais aussi idéologie et entretiens ».

18À la question n° 7, toujours en chœur : « Priorité à la formation et à l’éducation du compositeur, et à la technique compositionnelle » (demande concrète de spécificité). Gigliola Nocera, de Syracuse, écrit : « Je voudrais que l’on parle de musique contemporaine comme aucune revue ne le fait aujourd’hui. De manière profonde et compétente, avec un travail sérieux (non épidermique) sur les textes. Il ne s’agirait pas d’une décision élitiste, mais politiquement correcte, à l’égard de ceux qui veulent l’approfondir. Par exemple, parler d’Al gran sole carico d’amore de Nono en termes de drapeau rouge, et non d’analyse structurelle de la partition, me semble restrictif ».

19Aux questions nos8 et 9, les indications de livres ajoutés à ceux que nous avions indiqués épuisent l’offre limitée, y compris en ce qui concerne les traductions, de l’édition italienne, par rapport à la nécessité d’une meilleure information et d’une étude plus approfondie. Autre signe du grave problème de l’édition italienne, à traiter prochainement dans Laboratorio musica.

20À la question n° 10, en majorité : « Non » ; les autres : « Oui », avec des limites.

21Elena Telò, de Brescia, écrit : « Oui, si je peux participer et y comprendre quelque chose, étant donné que j’ai 15 ans ».

22Ce sont les premières indications qui nous sont parvenues. Pour savoir comment traiter les problèmes, il est nécessaire que nous en parvienne un plus grand nombre, afin de pouvoir élaborer et décider ensemble, avec différentes propositions et à plusieurs voix.

23Je me dois de transmettre un appel de Palerme, significatif pour la fonction de Laboratorio musica. Mauro Riccobono écrit : « Je suis un garçon de 20 ans, un de ceux qui a pris la musique trop au sérieux. À Palerme, il existe bien quelques écoles de musique, mais plus dans les mots que dans les faits. Il y a en effet une insolence unique de la part des professeurs de musique et une spéculation socio-économique effrayante. J’ai besoin de rencontrer de vrais maîtres qui puissent me donner un coup de main plus en frères qu’en spéculateurs ».

24Date : 1980.

25Source : « Dal questionario sulla musica contemporanea », in Laboratorio musica, 1980, n° 9, p. 26-27.

26Questionnaire 1. La musique contemporaine vous intéresse-t-elle ?

271. La musique contemporaine vous intéresse-t-elle?

282. Laquelle ?

293. Quelle musique écoutez-vous ?

304. Quand et où écoutez-vous de la musique ?

315. Comment écoutez-vous de la musique ?

326. Comment voudriez-vous que l’on parle de la musique contemporaine ?

33– synthèses de lectures explicatives

34– analyses de pièces musicales

35– analyses acoustiques de pièces

36– problèmes d’exécution, d’organisation, d’édition, de diffusion et de techniques de – composition

37– idéologie

38– entretiens avec des compositeurs

39– entretiens avec des critiques

407. Si vous vous adressiez au compositeur, auquel de ces aspects donneriez-vous la priorité ?

41– formation-éducation du compositeur

42– technique compositionnelle

43– référence à une pièce particulière

44– contact

458. Qu’avez-vous déjà lu sur la musique contemporaine ?

46Fase seconda de Bortolotto

47La Musique du XXesiècle de Stuckenschmidt

489. Trouvez-vous des limites à ces lectures ?

4910. L’écoute des moyens actuels à disposition (programmes de concert, critiques…) vous incite-t-elle à approfondir votre connaissance musicale et/ou littéraire ?

Notes

1 [Voir ci-dessous.]

2 [Allusion aux thèses développées par Sydney Finkelstein dans How Music Expresses Ideas, Londres, Lawrence & Wishart, 1952 ; traduction italienne, sous le titre Come la musica esprime le idee, Milan, Feltrinelli, 1955.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search