Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

La terre de Paul Dessau et de Bertolt Brecht

Texte intégral

  • 1 [La Condamnation de Lucullus (Die Verurteilung des Lukullus, 1951), lors de sa création en RFA.]
  • 2 [Nono connaissait naturellement le volume de Paul Dessau, Notizen zu Noten, Leipzig, Reclam, 1974.

1Ma première rencontre avec la RDA eut lieu à Francfort-sur-le-Main, en 1952. Immédiatement musicale. Hermann Scherchen, le grand chef d’orchestre allemand, invita Bruno Maderna et l’auteur de ces lignes à écouter La Condamnation de Lucullus1 qu’il dirigeait au théâtre d’opéra local et à faire personnellement la connaissance de Paul Dessau2, l’auteur qui avait choisi la RDA après l’exil et la guerre.

2Nous fréquentions les célèbres cours de musique nouvelle de Darmstadt – au cours des années où cela signifiait étudier l’école de Vienne, mais aussi Edgard Varèse, Adorno, la théorie de l’information et l’électronique à ses débuts. Avec Scherchen et avec Paul Dessau commença la connaissance complexe de l’autre Allemagne, socialiste. En 1954, toujours avec Paul, infatigable, nouvelle intelligence passionnante, l’émotion quand nous fîmes la connaissance de Bertolt Brecht et du Berliner Ensemble, pendant les répétitions du Cercle de craie caucasien.

3Depuis, la réalité de la RDA, au développement courageux et difficile, et pas seulement sur le plan musical (guerre froide, aux confins de l’Occident capitaliste et de la rigidité idéologique), me passionne de plus en plus, en raison aussi de la confrontation de deux systèmes sociaux sur une unique source culturelle, humaniste et scientifique, et avec la même langue.

4Rencontres, nouvelles connaissances et amitiés, rapports de travail, discussions parfois âpres, et pas seulement à la cantine du Berliner Ensemble ou dans la maison toujours ouverte de Paul Dessau, et approfondissement de la complexité des problèmes et des réalisations, dans la continuité de la transformation socialiste concrètement non linéaire, parfois dramatique, tout cela se multiplia pour moi. Avec une articulation variée de problèmes, de conditions, d’interventions, même contradictoires, de cette réalité en transformation, qui m’obligea à une participation attentive, débarrassée des schématismes faciles et des vides ritualités. Les yeux dans les yeux, franchise du langage, au risque de possibles incompréhensions réciproques, toujours à dépasser entre camarades. Et tout cela continue avec une intensité de plus en plus grande, associée à une amitié dynamique, toujours prompte, pour ma part, à renforcer ses bases, avec le dévoilement de l’intelligence novatrice, sociale, culturelle et morale des amis de la RDA. C’est aussi pour cette raison qu’une partie de mon cœur repose dans la terre qui accueille les cendres de Paul Dessau.

5Date : 1979.

6Source : « La terra di Paul Dessau e Bertolt Brecht », in L’unità, 7 octobre 1979.

Notes

1 [La Condamnation de Lucullus (Die Verurteilung des Lukullus, 1951), lors de sa création en RFA.]

2 [Nono connaissait naturellement le volume de Paul Dessau, Notizen zu Noten, Leipzig, Reclam, 1974.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search