Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Le débat sur le compte rendu de Berlinguer

Texte intégral

1Ce n’est pas le vote en soi – a dit le camarade Luigi Nono – qui doit nous faire réfléchir et nous inciter à de nouvelles analyses, voire à des rectifications. Mais c’est plutôt la nécessité de mieux connaître les transformations qui se sont produites et qui se produisent encore dans le pays qui résulte de ce vote. L’étude de l’inclusion du travail intellectuel dans le secteur tertiaire, qui suscite de nouvelles frustrations, doit être affrontée de manière approfondie. Comment avons-nous abordé cette question dans la réalité ? Aux États-Unis, sur 80 millions d’employés, il y a 60 millions de salariés du secteur tertiaire. Est-ce le modèle de la nouvelle société italienne ? D’où l’exigence d’un nouveau socialisme, alors que nous n’avons pas su voir et faire voir dans le présent, y compris dans sa réalité la plus en retard, les possibilités du futur. De ce point de vue, nous nous sommes montrés statiques et nous n’avons pas assez analysé les transformations de la classe ouvrière et de la société, et les nouvelles formes de chômage, pour lesquelles les mesures d’assistance, telles que les prévoit la loi 285, sont insuffisantes.

2En 1968 s’ouvrait une voie qui ne s’est pas encore refermée. Le mouvement de la jeunesse a alors élargi les espaces et les formules caractéristiques du marxisme-léninisme, ce que le Parti a su saisir jusqu’à l’intervention de Luigi Longo en août 1968. Le problème se pose autrement aujourd’hui, et nous avons du mal à prendre en compte les conceptions et les nouveaux thèmes du monde de la jeunesse, dont nous sommes souvent des spectateurs tolérants. Il est nécessaire d’ouvrir un débat de fond, parce que si nous voulons la transformation du pays, nous devons travailler à la transformation, à l’élargissement et à la formation de ceux qui veulent eux-mêmes transformer ce pays. Une recherche théorique sur le réel est donc nécessaire, comme est nécessaire, pour toutes les générations de la direction, la pratique d’une « gérontologie culturelle » incitant au renouveau de l’étude, des connaissances et des instruments d’analyse. La recherche comme l’élaboration théorique et sur le réel sont des conditions indispensables à ce projet et à la pratique. Une recherche et un approfondissement qui investissent le rapport entre démocratie et socialisme, internationalisme et réforme de l’État – la démocratie non plus comme un instrument, mais comme une fin, en tant que le socialisme est en soi une démocratie qui dépasse la situation présente par la tradition du devenir, avec de nouveaux sujets, lesquels entendent compter, participer et décider. La chute de l’internationalisme, pour toutes sortes de raisons, nous oblige à dépasser les schémas du passé et à comprendre la réalité et les nouveaux problèmes de la lutte et des relations internationales dans une nouvelle dynamique.

3Pour notre recherche théorique, de nouvelles rationalisations dans la vie du Parti sont nécessaires, à l’image de la création d’un bureau qui coordonnerait l’archipel et la succession des réunions, et qui développerait un projet correspondant aux exigences du Parti et du pays.

4Date : 1979.

5Source : « Il dibattito sulla relazione di Berlinguer », in L’unità, 6 juillet 1979.

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search