Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

À présent, des confrontations ont aussi lieu dans le monde musical

Texte intégral

1En cinq jours, six rencontres, surtout avec des jeunes, sur des problématiques musicales complexes que pose l’exigence de plus en plus répandue de larges strates sociales et de nouveaux sujets qui ne se limitent pas à poser des questions, mais apportent aussi des réponses. Rencontres au cours desquelles, ensemble, nous avons mesuré, parfois de manière polémique, les nouveaux besoins d’information, de connaissance critique et de pratique innovante, qu’il s’agisse de l’enseignement ou de la pratique musicale dans des organisations aussi bien « spontanées » que soutenues par de nouvelles responsabilités administratives, autonomes et décentralisées, comme par des organismes démocratiques de masse. De nouveaux besoins qui, cherchant à établir des rapports avec les institutions, les bouleversent, avec la nécessité de transformations articulées, et posent l’urgence de réformes pour la musique dans son ensemble.

2Naples, Auditorium de Capodimente, à l’initiative d’Armonia e invenzione, une association à l’œuvre depuis quelques mois, entièrement composée de volontaires, en partie autofinancée, en partie soutenue par la Commune, et qui réunit nombre de jeunes, d’étudiants des écoles supérieures, d’universitaires, de diplômés au chômage et de membres de l’école populaire de musique du Vomero. À ce jour, cette association a organisé des rencontres-analyses avec Porena (« Mozart »), le Quatuor Harmonie (« Le XIXe siècle »), Canino (« Le piano de Schoenberg à Boulez ») et moi (« Imagination et invention compositionnelle hier et aujourd’hui »). L’initiative s’élargira bientôt au folklore, avec Carpitella, avec Giovanna Marini et avec Gualtiero Bertelli.

3Cette association, en raison même de ses programmes, rencontre de sérieuses difficultés, jusqu’au refus du siège local de la Rai de mettre ses installations techniques d’amplification à contribution. À Naples, où les différentes présences musicales obéissent à une logique traditionnelle, à laquelle participe l’intervention punitive du gouvernement – voir le théâtre San Carlo –, y compris en ce qui concerne l’avant-garde musicale – voir le festival de la Rai –, cette jeune association contribue à cette connaissance critique du réel selon laquelle la musique constitue l’un des facteurs fondamentaux aujourd’hui émergents. On discuta du conditionnement, souvent inconscient, là où l’on se trouve passivement soumis à la gestion et à l’utilisation de la culture du passé, jusqu’à son appréhension par les catégories esthétiques qui lui sont afférentes et jusqu’aux limites d’une sélection esthétique du signal acoustique.

4On discuta de la nécessité et de la pratique, désormais répandue en grande partie par la base, de renverser l’approche de la musique, en renouvelant l’enseignement de la musique, en stimulant cette disponibilité, que beaucoup partagent, de faire de la musique, d’en devenir les protagonistes et de ne pas se limiter à l’écouter. À partir des enfants, dont l’imagination est souvent limitée plutôt que stimulée par les systèmes traditionnels d’enseignement. Une pratique novatrice poursuivie par des enseignants à la mentalité moderne dans les écoles maternelles, et à développer dans les nécessaires mouvements d’étude spécifique, dans les écoles populaires de musique, certes méritoires, et dans les institutions traditionnelles qui, à l’initiative de musiciens démocrates, et certainement pas des gouvernements passés, subissent des transformations. On discuta aussi vivement de la nécessité de saisir la multiplicité de l’acte musical et de la pensée musicale, son processus formateur, imaginatif et créateur complexe, dans notre pays comme dans les pays extra-européens, en élargissant l’information et la connaissance critique à différentes disciplines modernes d’analyse, qui favorisent une culture de transformation.

5Ce fut une discussion ouverte de quatre heures, avec des moments de violents désaccords, pendant lesquels le thème discuté était vérifié avec une grande liberté et une grande articulation de la part de tous, en dépassant les moments limités de vérité absolue ou les moments totalisants.

6À Avellino, avec les promoteurs intelligemment opiniâtres de Musica/Incontro, on discuta de la manière de dépasser les graves difficultés économiques, de croissance et d’insensibilité structurelle de la part de la Commune, de la Province et de la Région, qui tentent d’étouffer cette initiative menée depuis quatre ans, et presque la seule à envisager une problématique musicale d’importance sur ce territoire et dans cette communauté de montagne. Positif dans le négatif, un cas exemplaire dans le Sud : des potentialités et une capacité culturelle et politique des jeunes qui s’obstinent, dans un difficile isolement local et régional – Naples, la « métropole » qui attire encore, même dans sa désagrégation, et l’Irpinia, déclarée zone sinistrée et soumise à la corruption et aux baronnies serviles, y compris culturelles et morales, de la DC locale qui se déclare pourtant de gauche –, à intervenir en tant que sujets, en développant des initiatives musicales articulées qu’ils réunissent sur un plan national : de Pollini à Carpitella, de Giovanna Marini à Berio, du groupe local Difesa della cultura locale aux nouvelles expérimentations, à l’exigence de se coordonner avec d’autres initiatives de groupe, jusqu’aux Pouilles.

7À Bari, deux rencontres, à l’université, Faculté des lettres, et à la bibliothèque provinciale ; à Foggia, toujours à la bibliothèque provinciale, moderne dans son architecture comme dans sa structure de fonctionnement, et avec un équipement entièrement informatisé ; et à Francavilla, dans la grande salle du collège Bilotta. Sur ces rencontres, organisées par l’Arci, sous le patronage, à Bari et à Foggia, de l’adjoint provincial à la culture, j’aurai l’occasion de revenir. Parce que l’étendue et la nouveauté, originale sur le plan national, des thèmes traités l’exigent.

8Des écoles populaires à Musica oggi, des concerts-rencontres pour connaître de nouvelles expériences d’expression et de communication, du rock au jazz, à la musique visuelle et électronique, à Antica e nuova musica de Bari, aux Solisti dauni de Foggia, qui ont désormais atteint un niveau national, au groupe Arca, à l’orchestre de chambre de Foggia, soutenu par l’adjoint provincial, aux groupes populaires qui étudient le riche folklore local, aux fanfares et aux écoles.

9D’une part, différentes initiatives, souvent soutenues par les nouvelles administrations provinciales au sein desquelles les communistes sont présents, qui agissent surtout avec les jeunes chez lesquels se manifestent une information, une intelligence critique et une indépendance à l’égard des phénomènes de consommation, et non une soumission, mais une responsabilité sociale active et créative. D’autre part, l’inertie d’institutions et d’associations qui ne sont souvent que l’organe de tri de la consommation musicale liée au grand jeu du médiateur privé. Les principaux représentants, les deux théâtres de répertoire, le Petruzzelli de Bari et le Politeama de Lecce et Foggia, créés par le clientélisme de la DC, pleins d’incapables, bombardés de notifications juridiques, et qui provoquent l’émigration de tous ceux qui veulent travailler.

10Deux moments de conflit entre différentes conceptions et pratiques musicales, dont la connaissance exige aussi, pour les Pouilles comme partout dans le Sud, une attention particulière de tous les musiciens et un engagement particulier à participer et à transformer cette situation.

11Date : 1979.

12Source : « Anche nella musica uno scontro in atto », in Rinascita, 1er juin 1979, n° XXXVI/21, p. 9.

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search