Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

À la découverte du nouveau1

Texte intégral

  • 1 [Le questionnaire est précédé d’une introduction de la rédaction : « Luigi Nono, de retour de Buda (...)

11. Grâce à vos fréquents voyages dans les pays socialistes, vous êtes devenu un observateur attentif de leurs réalités musicales. Pouvez-vous nous dire quelque chose sur leur situation ?

22. Et sur la situation hongroise en particulier ?

33. Quelles sont, à votre avis, les recherches et les nouvelles tendances les plus intéressantes en Hongrie ?

44. De qui étaient les œuvres présentées au Festival de Budapest ?

55. Quel travail se fait en Hongrie en direction de l’enseignement de la musique ?

61. Depuis des années, je suis avec intérêt et attention la vie musicale articulée des pays socialistes. Je me rappelle mes nombreux voyages à Cuba et, chaque fois, j’ai été heureusement surpris par de nouveaux et de jeunes compositeurs, et par des collectifs musicaux, avec des expériences diversifiées, ouvertes et stimulantes pour des propositions et des rapports de connaissance critique dans la musique comme dans le cinéma et les arts graphiques – on prépare en ce moment, à Reggio Emilia, pour Musica/Realtà, une semaine cubaine, après celle de la RDA, celle de la Hongrie et celle de l’Angleterre.

7Je me rappelle aussi mes nombreux voyages en RDA, dont le lent mais sûr développement musical est parvenu à créer au moins trois écoles originales de compositeurs : Berlin, Dresde, Leipzig. Et à Prague, où nous nous sommes souvent retrouvés entre amis, compositeurs et musicologues très vivants, et où les nouveaux gouvernants de l’après 1968 ont bloqué jusqu’au développement musical, même si, à Bratislava et à Brno, il y a des signes intéressants d’information et de discussion. Et en Yougoslavie, où il se passe tant de choses musicalement intéressantes.

8Il résulte surtout de ces voyages la nécessité d’informer continuellement, de saisir et de comprendre directement la complexité, l’articulation variée, les contrastes, les conflits et les problèmes existants, dans leur réalité diversifiée. Comme les nouvelles indications et comme les nouvelles manifestations qui se développent sûrement d’une manière aussi diversifiée. Pour pouvoir développer notre connaissance critique dans le concret, et pour ne pas passer d’une exaltation fidéiste, a priori, à l’exact contraire, autrement dit à une négation a priori et tout aussi factieuse, il ne faut précisément pas se laisser prendre dans un emboîtement superstructurel, voire dans un déterminisme mécanique, mais toujours chercher les rapports, les liaisons et les plus larges connexions sociales et politiques, en n’isolant pas les faits musicaux en soi.

92. Avant l’invitation de l’Union des compositeurs au Festival de musique contemporaine de Budapest, et avant mon premier voyage, l’information était différente, les dernières années ayant suscité un intérêt particulier pour la riche dynamique musicale, culturelle et sociale de la Hongrie : des livres, traduits notamment en italien, aux disques et aux rencontres en Italie avec de jeunes compositeurs et de jeunes personnalités.

  • 2 [Bartok (Béla), Melodien der rumänischen Colinde (Weihnachtslieder), Vienne, Universal Edition, 19 (...)

10À partir de toutes ces connaissances, j’avais déjà réussi à me faire une idée certes limitée du panorama hongrois : en ce qui concerne la musique hongroise, les tendances sont multiples et se différencient par les matériaux musicaux utilisés comme par les propositions technico-esthétiques. À côté des compositeurs liés à la tradition – du Liszt, presque inconnu en Italie, des grands oratorios et des dernières œuvres pour piano, qui anticipent génialement le Bartók des années 1910-1920 (les quatre Pièces pour orchestre, Le Prince de bois et Le Mandarin merveilleux) –, il y a des compositeurs qui développent et élargissent cette tradition, dans l’étude et dans l’analyse de la contemporanéité, jusqu’à la musique électronique. Depuis des années, avec des méthodes analytiques actuelles, il y a un développement de l’étude linguistique et structurelle du folklore : un folklore non réduit à des formules académiques ou un folklore encore plus banalisé par un langage populaire « facile et compréhensible par les masses » – auxquelles on administre la passivité et le caractère subalterne de ces formules, plutôt que de contribuer à leur croissance et à la manifestation de leur potentiel d’intelligence, avec tous les problèmes qui en découlent, et pas seulement pour le compositeur. Et l’étude actuelle de Bartók qui, pendant de nombreuses années, fut banni des pays socialistes, et même de Hongrie : je pense au Bartók des Troisième et Quatrième Quatuors à cordes et de la Sonate pour deux pianos et percussion, et à ses analyses de la pratique des quarts de ton dans les chants de Noël roumains2. Une étude qui, précisément à partir des quarts de ton, incite à considérer naturellement (et non par simple adaptation technologique) les micro-intervalles et le matériau électronique, ou leurs possibles élaborations dans le studio électronique.

11Quelques jeunes pratiquent l’improvisation collective. D’autres mûrissent l’étude critique de différentes expériences contemporaines. Un jeune de vingt-cinq ans m’a dit qu’il ne compose plus depuis deux ans, parce qu’il pense nécessaire de dépasser, de manière critique, le choc provoqué par l’audition de certaines musiques contemporaines, pour ne pas rester sous leur emprise, suivant le goût du jour, et pour vouloir faire les comptes avec une réalité non homogène, et avec lui-même, entre une connaissance critique de la tradition et du présent, et une problématique ouverte et tendue vers le futur.

123. De Szöllösy (présent à Reggio Emilia), Kurtág, Láng et Mádarasz, à Zoltán Jeney, au fils de Kurtág, aux musiques électroniques de Pongrácz, Patachich et Darvas, à Vidovszky, et à d’autres encore, se développe la riche articulation de la musique hongroise : il est non seulement souhaitable, mais nécessaire que les différentes organisations italiennes, à commencer par la Rai, les présentent, obéissant ainsi à leur devoir d’information. En 1958, Miklós Jáncsó avait déjà utilisé pour son film des effets électroniques, montés par le compositeur Iván Patachich, dans le studio expérimental de l’Institut national du cinéma. Et, en 1959, János Decsényi avait réalisé une pièce radiophonique. Le studio électronique expérimental de la maison nationale de disques [Hungaroton] et le studio privé de Zoltán Pongrácz fonctionnaient, de manière limitée.

13L’intérêt grandissait, et des compositeurs se rendaient à l’étranger, pour étudier ce nouveau moyen. En 1975, la Radio de Budapest a créé le studio électronique qui, naturellement, a besoin de se développer encore. Cette création s’est doublée de l’organisation, avec l’Académie de musique Franz-Liszt, de cours annuels, particuliers, d’acoustique, de recherche et de composition. De nombreux jeunes les fréquentent.

144. Sur le plan de l’information sur le répertoire étranger, le programme de cette année était surtout ouvert aux Italiens : musiques de Berio, de Bussotti et de moi-même. Avec des œuvres de Pironkov (Bulgare digne d’intérêt) et d’Eben (tchécoslovaque), Lutoslawski (tout un concert), Ligeti, Webern, Stockhausen, Holliger et Lachenmann (de RFA).

155. Le problème de l’enseignement de la musique est affronté ouvertement, et différemment, non seulement à l’Académie, mais dans toutes les écoles, en commençant par les écoles élémentaires, jusqu’à l’université : facultés de physique, de philosophie et de lettres. Composition, musicologie, esthétique, sociologie et acoustique sont des matières étroitement liées. Ce qu’on réalise et ce qu’on expérimente en ce sens peut nous être très utile pour mieux connaître le rapport entre conservation et renouveau culturel.

16Mais pour conclure, je voudrais dire encore une chose. À Budapest, l’Institut culturel italien a reçu pour siège, comme don du gouvernement hongrois, le vieux parlement. Il y a une salle de plus de mille places, idéale pour des manifestations culturelles. En hommage à Vivaldi, sur une initiative hongroise, on a donné L’Olimpiade. Mais cette salle a besoin d’être restaurée pour pouvoir être praticable. Serait-il possible que notre ministre des Affaires étrangères établisse une programmation sérieuse des activités culturelles dans les pays étrangers et intervienne pour la nécessaire restauration de cette salle, ce qui rendrait possibles des initiatives culturelles en rapport avec ce grand centre de culture qu’est Budapest, et répondrait ainsi au généreux geste hongrois ?

17Date : 1978.

18Source : « Alla scoperta del nuovo », in L’unità, 9 mai 1978.

Notes

1 [Le questionnaire est précédé d’une introduction de la rédaction : « Luigi Nono, de retour de Budapest, décrit la situation musicale en Hongrie. /Nono a passé une semaine à Budapest, au cours des premiers jours du mois d’octobre, pendant le Festival de musique contemporaine. Une soirée était consacrée à sa musique, Il canto sospeso et Como una ola de fuerza y luz, interprétés par des ensembles orchestraux et choraux, et avec l’équipement électronique de la radio locale. Le polonais Andrzej Markowski dirigeait, avec huit solistes hongrois. Une interprétation efficace, un grand succès, avec un public débordant et enthousiaste. Il canto sospeso et les Cori di Didone seront gravés par la principale maison de disques hongroise. /Nous avons posé au camarade Luigi Nono quelques questions sur son expérience hongroise, sur la musique de Hongrie et des environs ».]

2 [Bartok (Béla), Melodien der rumänischen Colinde (Weihnachtslieder), Vienne, Universal Edition, 1935, n° 10259 (exemplaire annoté à l’ALN).]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search