Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Notes d’un voyage à Berlin, Dresde et Leipzig

Texte intégral

  • 1 [« VIII. Kunstausstellung der DDR », in Mitteilungen, Verband Bildender Künstler der DDR, 1977, n° (...)
  • 2 [Sozialistische Einheitspartei Deutschland, Parti socialiste unitaire d’Allemagne. Dans la premièr (...)

1À Dresde, lors des derniers jours de la Huitième Exposition de la RDA1, qui regroupait peintures, sculptures, œuvres graphiques et arts appliqués, l’Académie des arts a organisé, début avril, quatre journées de visite, de rencontres et de discussions pour ses membres venus de RDA, des pays socialistes et des pays capitalistes, sur cette importante manifestation culturelle. Des discussions ouvertes, avec des dirigeants politiques, comme le camarade Kurt Hager, membre du Bureau politique du SED2 et responsable de la culture, comme le camarade Hans Modrow, candidat au poste de secrétaire politique du SED et responsable du SED pour la province de Dresde, et comme d’autres personnalités. Étaient présents des peintres, des sculpteurs, des musiciens, des écrivains, des metteurs en scène et des délégations de différentes académies culturelles des pays socialistes.

2Pour caractériser ensuite le thème « La culture dans le développement socialiste », deux visites, suivies de débats, avaient été organisées, l’une dans l’usine électronique Robotron (siège central près de Dresde, avec 2 500 ouvriers, pour 60 000 ouvriers au total dans les autres usines décentralisées), l’autre dans une coopérative agricole, près de Dresde.

3L’exposition, dont L’unità a rendu compte de l’inauguration, présente le vaste panorama actuel de la RDA. Les exposants ont choisi leurs œuvres pour l’exposition. Sans aucune limite esthétique. Du réalisme articulé au néodadaïsme ironique, du retour de l’expressionnisme aux bandes dessinées satiriques, de la mémoire d’un graphisme remontant à la guerre des paysans et au gothique, à une nouvelle utilisation de la coupe perspectiviste pour des oppositions simultanées de situations, à différentes techniques graphiques, sur des thèmes de la vie actuelle, politique, sociale et privée, et jusqu’à certaines interventions sur l’écologie. De grandes peintures et sculptures « murales » aux petites toiles des naïfs. Des propositions « formelles » pour des jeux d’enfants dans les grands parcs et dans les immeubles, aux solutions industrielles d’objets familiers, qui rappellent l’expérience du Bauhaus, aux manifestes et aux maquettes scéniques.

4En somme, une thématique vaste et complexe avec des propositions vastes et complexes. L’intérêt manifesté par le public et par les mass media pour cette exposition a été supérieur aux prévisions ; plus d’un million de visiteurs, de longues files d’attente devant l’entrée, des informations dans les journaux, dans les revues et à la télévision, des discussions, des visites-rencontres avec les exposants, et les livres, très nombreux, à la sortie de l’exposition, livres dans lesquels les visiteurs exprimaient leurs propres jugements : de pleine approbation et de vif intérêt, de doute, et quelques jugements négatifs.

5On a beaucoup discuté, et même avec une certaine vivacité, sur ce qui était exposé, sur la manière dont les œuvres étaient exposées, sur les commentaires écrits par les visiteurs, sur le rapport plus étroit à établir avec le grand public, et surtout sur les nouveaux problèmes à affronter dans la création et l’organisation, pour approfondir la connaissance dynamique de la vie et de ses nouvelles exigences.

6Lors de l’inauguration des journées de Dresde, le camarade Konrad Wolf, président de l’Académie, fils du grand écrivain et réalisateur de cinéma Friedrich Wolf – qui participa à la guerre contre les nazis avec l’Armée rouge soviétique –, invita avec insistance au débat, à la discussion ouverte et à la critique franche, comme autre moment de croissance pratique, de confrontation interdisciplinaire dans le social, et comme nécessité pour une dynamique continuelle d’analyse, de connaissance, de créativité et de transformation socialiste de soi-même.

7Thème repris ensuite dans l’intervention non conclusive du camarade Hager, au cours de la dernière rencontre.

8Les thèmes discutés étaient variés. Certains datés historiquement et se rapportant encore à la théorie lukacsienne du « reflet », d’autres encore trop littérairement liés au « récit » du tableau, d’autres ouverts au dépassement conceptuel et pictural « idéaliste-optimiste » du prolétariat, d’autres encore plus attentifs aux possibilités de nouvelles problématiques sociales et humaines (un rapport différent avec la nature, dans la famille, parmi les jeunes, parmi les enfants, et lors des moments de repos), d’autres plus sensibles à l’expérimentation, aux nouveaux matériaux, aux nouvelles techniques et à d’autres considérations sur le langage visuel et plastique, considérations rattachées soit à la mémoire d’expériences historiques remises en examen, avec des yeux d’aujourd’hui, soit à la structuration visuelle actuelle, à rapporter aux phénomènes réels, publics et privés, comme aux difficultés et aux oppositions actuelles. C’est-à-dire attentifs aux processus d’élaboration, y compris expérimentaux et de recherche, dans le rapport entre de nouveaux développements et de nouvelles connaissances scientifiques et technologiques, leur étude et leurs applications, non enregistrées passivement, mais tournées vers l’élargissement de la connaissance, de la créativité et des propositions dans la transformation socialiste.

9Le croisement et la confrontation des expériences et des problèmes spécifiques aux peintres, aux écrivains, aux sculpteurs, aux metteurs en scène, aux compositeurs et aux critiques ont été très intéressants. L’un des motifs d’élargissement des limites « esthétiques » a notamment été la répercussion, dans les discussions, des visites et des discussions avec les ouvriers, les techniciens et les dirigeants de l’usine Robotron et de la coopérative agricole. La Robotron (usine de Dresde) est hautement développée dans l’électronique, dans la production de machines à calculer et d’ordinateurs, et dans la microélectronique, jusqu’aux microfiches. 60 % de sa production sont exportés. Cette usine offre des possibilités qui demandent à être développées dans l’expérimentation et dans l’étude acoustico-musicale, dans la pédagogie artistique en général, et dans la technicisation de nouveaux centres culturels, en plus, naturellement, d’autres utilisations déjà programmées. Mais ce qui manque encore, ce sont des questions et des propositions de musiciens pour des possibilités immédiates d’expérimentation, d’étude et d’utilisation musicale, comme me l’ont répondu les dirigeants. Peut-être le problème est-il plus complexe. Un thème de discussion, aussi bien dans l’usine que dans la ville de Dresde, fut le rapport entre une production hautement qualifiée, une mentalité transformée et enrichie des ouvriers producteurs, de vastes possibilités d’utilisation, d’une part, et une habitude de programmation et de consommation culturelle de type « humaniste », de l’autre. Un problème vivant et réel entre une mentalité et une pratique technique hautement développée, et des moments routiniers, jusqu’à la passivité, de la vie, de la créativité et de l’application sociale.

10À l’intérieur de l’usine, on prête notamment une attention particulière à la prévention contre les effets nocifs sur l’acuité visuelle : les ouvrières et les ouvriers (moyenne d’âge : jeune), qui utilisent, surtout dans la micro-électronique, de fortes lentilles, sont soumis à des contrôles médicaux réguliers, tous les deux mois et, après deux ans environ d’un tel travail, ils sont transférés à d’autres postes, dans d’autres usines : la mobilité et la qualification continue répondent aux différentes motivations et aux différentes exigences.

11Dresde, ville de très riche tradition culturelle, et malheureusement aussi de ruines, n’est pas novice dans ces importants rendez-vous culturels. Parmi d’autres opéras, le Moïse et Aaron d’Arnold Schoenberg, au répertoire de l’opéra local, a été représenté presque trente fois à ce jour, et toujours à guichets fermés. Parmi les expositions didactiques permanentes se détache celle sur le Bauhaus, proposée à l’étude (y compris dans l’édition), avec des documents extraits des archives de Weimar et de Dessau.

12Dans un mois, la grande exposition personnelle du peintre vénitien Vittorio Basaglia, aujourd’hui à Rostock, à l’initiative italienne du Centre Thomas-Mann, et qui connaît un grand retentissement, sera à Dresde pour deux mois. La bibliothèque saxonne de Dresde est une vraie mine musicale, avec des originaux et des copies d’époque, témoignages de la grande activité et des nombreux rapports musicaux internationaux qui faisaient de Dresde un centre de musique vivant. De Heinrich Schütz (XVIe-XVIIe siècles) à aujourd’hui. Des manuscrits de Vivaldi y sont conservés, et une riche documentation sur le rapport entre Bach et Vivaldi. La bibliothèque, avec le Comité Johann-Sebastian-Bach de Leipzig, prépare une exposition « Vivaldi-Bach-Dresde », qui sera en septembre à Venise, comme participation – d’autres expositions sont programmées – de la RDA aux initiatives de la ville de Venise pour les trois cents ans de la naissance de Vivaldi.

13Dresde pose un problème particulier pour la reconstruction historique, les nouveaux bâtiments et l’assainissement des logements, problème qui se pose aujourd’hui avec acuité en RDA. L’originalité de la solution envisagée apparaît dans une conversation avec le camarade Modrow : la reconstruction historique, avec le maintien de certains « monuments » de la violence de la guerre, est étudiée par une commission de techniciens, avec la construction de nouveaux immeubles et l’assainissement, mais aussi selon les résultats de trois conceptions différentes en cours de réalisation dans trois localités voisines, conceptions différentes par leurs solutions architecturales, urbanistiques et sociales, et par leur utilisation des matériaux du bâtiment.

14Ce sont de brèves constatations que je peux faire, sur mon voyage à Berlin, à Dresde et à Leipzig. De nouvelles constatations sur un processus économique et culturel en développement continuel, beaucoup plus vaste que ce qui pourrait apparaître ici. Un processus dont il faut absolument rendre compte sans cesse et de plus en plus, même quand la presse de notre Parti ne le fait pas, afin de réussir à comprendre, de manière réaliste, non les « signaux » qui pourraient paraître improvisés, mais les transformations programmatiques et pratiques de la RDA (certainement dans son temps, certainement aussi dans ses difficultés objectives et historiques, et certainement enfin dans ses moments critiques).

15La RDA, ce n’est pas seulement le Berliner Ensemble, l’Orchestre du Gewandhaus, le Thomanerchor et les aquarelles de Goethe – comme ce n’est pas seulement le cas Bahrn. Sur le plan culturel, comme sur les autres plans, le panorama, dont il faut rendre compte et avec lequel il faut nouer davantage de rapports, est bien plus vaste. Avec ses problèmes, sans aucun doute. À Berlin et à Leipzig, des dirigeants d’organismes musicaux, y compris le Gewandhaus, m’ont rapporté comment les imprésarios italiens qu’ils contactent refusent avec obstination des programmes incluant de la musique de jeunes compositeurs, pourtant présents dans les concerts normaux, et même joués en RFA.

16Et il ne s’agit pas que de la paresse des imprésarios italiens, qui exploitent formellement et économiquement la réputation des orchestres célèbres, en se répétant.

17Reggio Emilia, avec Musica/Realtà et les journées musicales de la RDA, a brisé ce mécanisme indolent. Mais de nouvelles initiatives sont nécessaires. On peut déterminer trois écoles de jeunes compositeurs, différentes par leurs styles, leurs références et leurs positions : Berlin avec Goldmann, Katzer, Matthus, Bredemeyer et Dittrich ; Dresde pour la production d’opéras de Zimmermann et de Kunad ; Leipzig avec Friedrich Schenker, Karl Treibmann et le groupe d’interprètes extraordinaires de l’Ensemble Hanns-Eisler. Pour ce développement très articulé et varié, on ne soulignera et on ne reconnaîtra jamais assez la grande intelligence et l’impulsion musicale et humaine passionnée de Paul Dessau.

18L’éditeur Peters de Leipzig imprime toutes les musiques écrites, mais aussi des compositeurs soviétiques, comme Denisov et Schnittke, auxquels sont directement commandées des œuvres créées en RDA ; et Peters publie aussi des éditions critiques, d’après les manuscrits originaux de Brahms, de Schumann et de Beethoven.

19Pour toute la pratique musicale, il y a différents groupes (chœurs et orchestres) dans les différentes villes, naturellement, mais aussi dans les universités. À Leipzig, par exemple, l’Université Karl-Marx a un chœur d’étudiants de la Faculté des sciences, qui interprète, avec un orchestre et sous la direction de Max Pommer, des programmes de Bach à Schoenberg et à Dessau. Cela n’est qu’un exemple de qualité, dont on pourrait aussi tirer sérieusement parti en Italie, et pas seulement dans les universités.

20D’autres jeunes, en plus de leur pratique orchestrale, forment des groupes de musique baroque (le groupe Sagittarius à Dresde) ou renaissante (la Capella fidicina à Leipzig). Ils sont organisés et dirigés par des musicologues authentiques, issus essentiellement de l’école du grand musicologue Besseler à Leipzig. C’est toute une activité musicale sérieusement préparée et programmée, de grande diffusion, dont trop peu de gens sont suffisamment informés et avec lesquels, jusqu’à maintenant, personne n’est vraiment entré en contact. Cela est à comprendre dans un sens comme dans l’autre, sans aucun doute.

21Les journées organisées à Dresde par l’Académie ont exprimé positivement cette urgence d’une circulation des informations, d’un échange des différentes expériences, d’une confrontation argumentée et d’une véritable connaissance approfondie, incluant une critique problématique pour dépasser ensemble les a priori contraignants, et résultant de la désinformation, et les énoncés répétés et rituels, qui confinent aujourd’hui à la pure abstraction.

22Date : 1978.

23Sources : « Note di viaggio a Berlino, Dresda e Lipsia », tapuscrit (ALN) ; L’unità, 9 mai 1978 ; SeC, p. 346-350.

Notes

1 [« VIII. Kunstausstellung der DDR », in Mitteilungen, Verband Bildender Künstler der DDR, 1977, n° VIII/6.]

2 [Sozialistische Einheitspartei Deutschland, Parti socialiste unitaire d’Allemagne. Dans la première édition, le terme « camarade » est régulièrement omis.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search