Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Che Guevara dix ans après son assassinat

Texte intégral

1Chère Unità,

  • 1 [Rappelons que, outre le Journal de Bolivie et des choix de discours et d’articles, Nono avait con (...)

2Je lis dans L’unità une « nécrologie » d’Ernesto Che Guevara1, qui s’avère datée, limitée, source de désinformations et de considérations d’un autre temps. Est-il encore possible, dix ans après son assassinat, de ne pas approfondir et de ne pas étudier son intelligence théorique et pratique originale de marxiste ? (Notamment ses écrits et ses interventions sur la transformation sociale, humaine et morale, laquelle ne se limite pas aux rapports de production, mais aussi sur l’industrie, sur l’université et sur la médecine, jusqu’à la lutte internationale.) Est-il encore possible d’écrire sur le Che en l’isolant de l’épisode ultime et dramatique de son exemplaire continuité révolutionnaire (théorique et pratique), de son exemplaire et incessante tension morale et humaine ? Et aujourd’hui que nous n’avons pas besoin de « modèles », mais que nous devons élargir notre connaissance critique, en dépassant les schémas plus ou moins dogmatiques, en vue d’une nouvelle tension morale et humaine, et pas seulement idéale ?

  • 2 [Argentine d’origine allemande, Tamara « Tania » Bunke (Laura Gutiérrez Bauer) (1937-1967) fut mem (...)
  • 3 [Nono se réfère au massacre du 24 juin 1967 dans les régions minières de Catavi et Huanuni, qui av (...)

3Est-il possible de reprendre l’image simpliste du guérillero « solitaire ou romantique » ? Sans prendre en considération, dans ses limites, le travail de préparation accompli en Bolivie par Tania la guérillera2, son isolement non formel du PC bolivien – et les difficultés qui suivirent dans les rapports locaux –, le massacre du 24 juin, de San Juán, perpétré par l’armée bolivienne contre des mineurs du XXe siècle3, qui avaient discuté et décidé de participer à la lutte du Che ?

4Les erreurs toujours possibles doivent être recherchées, comme leur origine, subjective ou non, mais certainement pas avec le crayon rouge ou le crayon bleu du ton professoral.

5Est-il possible de ne pas prendre en considération ni Ernesto Che Guevara, ni la manière, ni les raisons avec lesquelles tout un peuple l’a quotidiennement pratiqué ?

6Date : 1977.

7Source : « “Che” Guevara a dieci anni dal suo assassinio », in L’unità, 27 octobre 1977.

Notes

1 [Rappelons que, outre le Journal de Bolivie et des choix de discours et d’articles, Nono avait connaissance des quatre volumes d’Opere d’Ernesto Che Guevara (Feltrinelli, Milan, 1968-1969) – exemplaires à l’ALN.]

2 [Argentine d’origine allemande, Tamara « Tania » Bunke (Laura Gutiérrez Bauer) (1937-1967) fut membre du SED en RDA, avant de rencontrer Ernesto Che Guevara, de travailler au ministère cubain de l’Éducation et de participer à la guérilla en Bolivie. Elle tomba dans une embuscade à Vado del Yeso. Tania Bunke est aussi un personnage de l’action scénique Al gran sole carico d’amore. Dans la bibliothèque de Nono figurent Tania la guerrillera inolvidable, sous la direction de Marta Rojas et Martia Rodríguez Calderón (La Havane, Instituto del libro, 1970), et l’édition italienne Tania la guerrigliera (Milan, Feltrinelli, 1971), particulièrement annotée.]

3 [Nono se réfère au massacre du 24 juin 1967 dans les régions minières de Catavi et Huanuni, qui avaient été proclamées « territoires libres » par les mineurs organisés.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search